×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    De bonnes sources

    Les Scoops de la semaine

    Par L'Economiste | Edition N°:103 Le 11/11/1993 | Partager

    Barrages: Les réserves à 23,4%

    En deux semaines, du 29 octobre au 10 novembre 1993, les réserves stockées dans les barrages sont passées de 18,7% à 23,4%, avec un apport global de 485 millions de m3 d'eau. L'alimentation en eau potable de Tanger et Asilah qui était dans une situation critique s'est considérablement améliorée. Néanmoins, les réserves ne sont pas encore suffisantes pour modifier la politique d'économie pour l'irrigation.

    CNSS: Le choix des hommes

    Le comité interministériel chargé de suivre le redressement de la CNSS a décerné une nouvelle fois, ses "compliments" à l'équipe de M. Laâlej. Pour la première fois, ce comité a aussi reconnu officiellement le "diagnostic sévère" dressé par cette équipe sur les dysfonctionnements antérieurs. Le comité, en s'interrogeant sur le fait que l'alarme n'ait pas été donnée plus tôt, invite l'équipe à poursuivre le redressement qui est aujourd'hui essentiellement financier. L'accent est mis sur le choix des hommes, les mesures de sauvegarde et de stabilisation à appliquer pour les polycliniques et sur la clarification des relations entre la direction générale et le conseil d'administration. Point d'orgue: si le redressement se poursuit bien, il n'est pas exclu que l'assurance-maladie revienne à la Caisse.

    La Banque Populaire a maintenu sa part dans les transferts RME

    Le Centre Marocain de Conjoncture, dans sa lettre datée d'octobre 1993, fait droit à la Banque Populaire, concernant la part de cette dernière dans les transferts des RME. Cette part, à juillet 1993, était de 60,2%, y compris le change manuel, indique le CMC. En conséquence, la part du Crédit Populaire n'est en baisse que de moins de 6% par rapport à l'année 1989, année qu'il ne faut pas retenir comme référence, puisqu'il y a eu l'effet dévaluation, accentuant la masse des transferts. Le CMC regrette néanmoins que les données soient peu homogènes entre les divers points d'observation du comportement des transferts.

    Pas d'emprunt d'Etat à l'étranger

    "Le Royaume du Maroc n'envisage pas à l'heure actuelle de recourir" à un emprunt, indique le Ministère des Finances dans un communiqué de presse. Il dément qu'une opération de ce type soit envisagée et précise qu'aucun mandat n'a été donné à qu'aucune institution, ni pour le montage d'une telle opération ni pour sonder le marché.

    63 autobus cassés par des hooligans

    Vingt autobus de la RATC ont été saccagés par des "hooligans" lors du match Raja-Kawkeb de Marrakech, le dimanche 7 novembre 1993. Lors du match Maroc-Zambie en octobre, 43 bus de la RATC avaient été endommagés. Le coût des réparations s'élève en moyenne à 1.500DH par bus. De plus, ils sont immobilisés depuis cette date. Un manque à gagner important pour la Régie, sans compter les pertes d'exploitation, le jour du match, quand la Régie n'arrive pas à faire payer les passagers.

    Nouvelle grève dans les banques

    Le personnel des banques est appelé par l'UMT à observer une grève de 24 heures le 12 novembre 1993. L'union syndicale interbancaire (USIB) rappelle que cette grève fait suite au mouvement du 29 octobre. Les revendications portent sur l'augmentation des salaires, le réaménagement de la grille et l'amélioration des relations de travail. Ce syndicat "dénonce " le "quasi-monopole familial exercé sur la gestion et la direction des banques au Maroc". Monopole qui, toujours selon ce syndicat, entraînerait des "pratiques de favoritisme et de népotisme dans la gestion de la carrière des travailleurs de banque ". La grève du 29 octobre a été moyennement suivie selon le GPBM. La BMCE a enregistré un taux de 52%, la BMAO 82% et la BCM moins de 20%. Quant à la BCP et l'Arab Bank, leur personnel n'a pas suivi le mot d'ordre de grève.

    Eximbank-Afrique: Le Maroc prudent

    Les actionnaires de la Banque Africaine pour l'Import-Export (Eximbank-Afrique) ont tenu leur assemblée constitutive à Abuja (Nigéria) les 27 et 29 octobre 1993. Le Maroc y était représenté par le Ministère des Finances, la BMCE pour le compte d'un consortium réunissant la SMAEX et la BCP, la CNCA et des opérateurs privés. L'actionnariat de cette banque est constitué des Etats africains, des organisations continentales, des opérateurs privés et des Etats hors Afrique. Les statuts prévoient une représentation fixe de ces différents groupes.

    Lors de l'Assemblée d'Abuja, le capital social a été fixé à 750 millions de Dollars le siège sera établi au Caire. La première succursale doit être ouverte à Harare (Zimbabwé). La présidence a été confiée au Nigéria en la personne de M. Christopher Edordu.

    Le Maroc a adopté une position prudente, la prise de participation marocaine s'est limitée à 2 millions de Dollars. Le consortium mené par la BMCE y intervient pour près de la moitié. La Tunisie engage 25 millions de Dollars et l'Egypte 100 millions de Dollars. le Maroc n'est donc pas représenté au niveau du Conseil d'Administration.

    REMERCIEMENTS

    Toute l'équipe de L'Economiste remercie les lecteurs, au Maroc et à l'étranger, qui lui ont fait l'amitié de faxer les pages du Financial Times où figuraient des lignes élogieuses à l'endroit de L'Economiste. Le quotidien britannique du 3 novembre 1993 publie des articles sur le Maroc dans lesquels il considère, notamment, que la politique de privatisation, le réveil de la Bourse, l'emprunt de l'ONA, l'existence d'entreprises comme Casablanca Finances Group, Up Line ou.... L'Economiste, sont les signes du renouveau et du sérieux du Maroc.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc