×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

Les résultats du BRPM en 1992 : Les activités minières globalement en perte de vitesse

Par L'Economiste | Edition N°:98 Le 07/10/1993 | Partager

Le secteur des mines s'installe dans une récession. En 1992, l'activité générale du BRPM n'a pas résisté à cette situation. Globalement la production de ses filiales a reculé de manière plus ou moins importante.

Le recul des activités du BRPM illustre celui de tout le secteur minier. C'est ce qui ressort de son rapport d'activité où l'on regrettera l'absence du compte d'exploitation et d'autres données financières significatives, qui permettent de juger la santé d'une entreprise. Cette lacune devient la règle dans les entreprises publiques.

Le total du bilan enregistrant 689 millions de DH, en 1992, a reculé de 6,3% comparativement à 1991. Toutes les rubriques sont en régression à part le poste "passif circulant (hors trésorerie)" qui augmente de 23,4%.

Le chiffre d'affaires réalisé en 1992 s'est élevé à 139,1 millions de DH. Participent à ce chiffre d'affaires les travaux de recherche propres pour 113,6 millionsde DH, et les travaux et prestations réalisés pour les filiales et les tiers pour 25,5 millions de DH.

Le budget du BRPM pour l'exercice 1993 s'élève à 170,5 millions de DH contre 146,4 millions de DH en 1992. Ce budget est ventilé comme suit : la recherche minière (115,3 millions de DH), les projets spécifiques (15,5 millions de DH), les travaux d'aménagement (9,2 millions de DH), les équipements (24,6 millions de DH) et les investissements sociaux (5,9 millions de DH).

Evolution des filiales

L'activité des filiales du BRPM productrices des métaux polymétalliques et précieux connaît un recul. En revanche, l'activité des mines productrices de roches et minéraux industrielle évolue positivement.

Durant l'année 1992, la production globale de minerai de fer de Sefirif (filiale à 100%), toutes qualités confondues (77.527 tonnes), a connu une diminution de 6,6% en comparaison à 1991. Les ventes ont marqué un recul sur le marché local et à l'exportation. Le chiffre d'affaires de la mine a régressé alors de 17,5% par rapport à l'exercice 1991.

Par ailleurs, Sodecat (Société de Développement du Cuivre de l'Anti-Atlas, filiale à 100%) a réalisé un chiffre d'affaires de 70 millions de DH en recul de 19% par rapport à l991. L'activité de la société a été marquée par la fermeture du centre Boumadine en août 1992 et les préparatifs de la fermeture du centre de Tazalaght, suite à l'épuisement des réserves.

Pour la Minière de Djebel Aouam (filiale à 26,26%), la production de concentré a atteint 20.000 tonnes de plomb et 3.860 tonnes de zinc, en hausse respectivement de 9,6 et 11,2% par rapport à 1991. Néanmoins, la société est actuellement en liquidation judiciaire.

La production d'argent de la SMI (Société Métallurgique d'Imiter, filiale à 69%) a atteint.109.219kg en régression de 27,4% par rapport à 1991. Les ventes de 105.784kg d'argent ont permis de réaliser un chiffre d'affaires de 108 millions de DH, en baisse de 35,7% comparativement à 1991.

L'extraction de sel connaît une situation meilleure. La production de la SSM (filiale à 100%) s'est appréciée de 33,3% et ses ventes de 30,9%. Le chiffre d'affaires réalisé s'est élevé à 19,4 millions de DH, en progression de 34%. Des opérations de criblage ont été lancées en 1991 et poursuivies en 1992. Elles ont pour but de relever le chiffre d'affaires à l'export et de diversifier la clientèle de la société au niveau du marché local.

Recherche minière

Le BRPM réalisant les travaux de recherche pour son propre compte a découvert, au niveau des métaux précieux, que le gîte argentifère d'lgoudrane est une minéralisation non-affleurante qui s'enracine à plus de 250m de profondeur. Un travers banc au niveau de -240 m a recoupé la structure de broyage principale, minéralisé sur 15 m avec une teneur moyenne économiquement exploitable.

La boutonnière de Boulmane est une large fenêtre qui fait apparaître les terrains schisto-gréseux, plissés, granitisés et métamorphosés. Deux thèmes métallogéniques sont recherchés dans cette zone : les minéralisations argentifères de type Imiter et les minéralisations aurifères filoniennes liées aux sulfures en relation avec le magmatisme précambrien.

Le filon aurifère d'Izemgane s'étend sur 3km sous forme de remplissage de quartz gris finement minéralisé en pyrite, chalcopyrite et mispickel avec des teneurs en or.

Concernant les métaux non-ferreux les travaux de recherche ont porté sur le secteur d'Ast Bourd (Haut-Atlas) faisant apparaître un niveau de pyrrhotine (Polymétallique).

Le champ filonien de Tifoughaline (Oulmès) est composé de plusieurs filons dont le plus important a une longueur de 800m et une puissance variant de 1,5 à 5m. Un sondage plus profond a traversé une caisse filonienne avec une teneur moyenne de 2% de zinc.

Travaux en convention

Pour les travaux en convention les recherches ont porté sur des amas sulfurés dans les Jebilet (Marrakech), et se font dans le cadre de la convention, BRPM-Reminex. Les études réalisées au cours des années précédentes ont permis de retenir deux principales cibles. Par ailleurs, les recherches au gisement Draâ Sfar ont évalué les réserves à 3 millions de tonnes, 8,5% de zinc et 2,5% de plomb. A Koudiat Aïcha, une campagne de géophysique par électromagnétisme à mis en évidence en plus des minéralisations connues, une anomalie à 450m de profondeur.

Dans le cadre de la coopération maroco-niponne, un projet de recherche minière est en cours entre le BRPM et l'Agence japonaise de coopération internationale (JICA).

Il porte sur la recherche des gisements polymétalliques cachés dans trois contextes géologiques différents : les gisements liés au volcanisme précambien supérieur de l'Ougnat, les gisements liés aux formations carbonatées du Haut-Atlas oriental et les gisements liés au volcanisme néogène du Rif oriental.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc