×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique Internationale

Les puissants de Casablanca

Par L'Economiste | Edition N°:570 Le 11/08/1999 | Partager

Roman inédit de Rida LAMRINI

38ème épisode

Ba Lahcen est convoqué au commissariat


Résumé de l'épisode précédent

Le début du Ramadan a apaisé le jeune entrepreneur Amine, qui n'est cependant pas au bout de ses peines avec la campagne d'assainissement. Pendant ce temps, à Derb Talian, quartier pauvre de Casablanca, Ba Lahcen, le vieux commerçant, est toujours sans nouvelle de sa fille Aïcha. Il l'a cherchée partout sans apprendre que, prise d'une panique irrépressible, elle a décidé d'émigrer clandestinement et a mis son projet à exécution dans le plus grand secret. Malgré son inquiétude, Ba Lahcen, comme tous les matins, a quitté son semi-bidonville aménagé sur la terrasse pour son coin de trottoir. C'est là qu'est son commerce.

La rumeur a traversé Derb Talian, comme un éclair. Aïcha, la fille de Ba Lahcen, a commis un meurtre!
Tout a commencé le premier jour de Ramadan. Une brève averse en début de matinée a rafraîchi l'atmosphère et ressuscité l'espoir chez une population désespérée de voir l'arrivée de pluies. La rue principale du quartier est encore calme, comme engourdie par les premiers jours de jeûne.
Il est près de midi quand Ba Lahcen, assis sur son carré de toile où il vend quelques légumes, est surpris par une silhouette trapue qu'il a du mal à identifier dans le contre-jour du soleil. Il lève la main au front, se protège les yeux et reconnaît le moqaddem. Tenant de l'élu local et du fonctionnaire, ce personnage indissociable du quotidien des habitants de Derb Talian est le passage obligé pour déclarer un décès ou obtenir une attestation de résidence. Même lorsqu'on n'est abrité que par les nuages sur le toit des immeubles.
Ses descentes dans le quartier n'obéissent à aucun pattern régulier. Elles se manifestent selon les nécessités de la mission. Pour recueillir des informations sur un tel ou sur les états d'âme de la population, le moqaddem circule au milieu de la foule, discret comme un sous-marin naviguant silencieusement en plongée, le périscope remonté à la surface. Lorsqu'il n'a pas d'objectif particulier, il déambule, tel un animal délimitant son territoire, s'arrêtant ici et là, échangeant des mots avec le boucher, discutant avec les concierges, se servant à l'occasion gratuitement dans telle ou telle boutique. Durant ces randonnées, il enrichit aussi bien ses poches que ses informations sur la vie et les événements du quartier et oriente ses indicateurs vers les cibles à couvrir. Envers ses clients généreux auxquels il rend de menus services, il a un ton déférent de serviteur fidèle. Le reste du temps, il ne s'adresse autour de lui que par des injonctions autoritaires, plus conformes à son statut de fonctionnaire. Quant au petit peuple de Derb Talian, il sait que, à l'instar du médecin, il ne délivre ses ordonnances qu'en contrepartie d'honoraires.
Ba Lahcen voit avec appréhension le moqaddem s'arrêter devant son carré de toile. Le temps est-il venu de renouveler son obole pour son silence au sujet de l'occupation du toit?
"Ba Lahcen! Tu es convoqué au commissariat central".
Ba Lahcen sursaute. Il est encore traumatisé par son récent séjour dans les geôles de la police. Bégayant presque, il se hasarde à demander:
"Est-ce qu'ils ont trouvé ma fille?
- Je ne crois pas, répond le moqaddem avec un sourire ironique.
- Et que me veulent-ils alors?
- Une affaire de meurtre, fait le moqaddem, le sourire sarcastique toujours en coin. J'ai entendu dire que ta fille y est justement mêlée. Tiens, voilà ta convocation. Tu demanderas l'inspecteur Bachir. A propos, aurais-tu oublié? Il y a un moment que je ferme les yeux sur ton occupation de la voie publique et ta résidence illégale sur les toits!".
Ba Lahcen sort une petite coupure. Sans état d'âme ni précautions particulières, le moqaddem enfouit le billet froissé dans sa poche. Il se détourne aussitôt et poursuit l'exploration de son territoire.
Ba Lahcen est tout retourné. Comment sa fille a pu être mêlée à un meurtre? Elle, si discrète, si réservée? Est-ce pour cela qu'elle n'a plus donné de nouvelles? Sans plus attendre, il se lève, confie son carré de toile à son voisin Massoud et s'en va d'un pas pressé. Massoud a observé la scène et suivi la conversation avec le moqaddem. Fatna la vendeuse d'épices également. Il n'en fallait pas plus pour alerter Derb Talian et répandre la nouvelle que la police est à la recherche de Aïcha.
Devant la porte du commissariat central, Ba Lahcen est tétanisé par l'angoisse. Il attend de longues minutes devant la grille de l'impressionnant édifice. La vue du lieu de son séjour forcé provoque la réouverture des blessures douloureuses laissées dans son âme par la rafle. Et maintenant qu'il est devant la porte d'entrée, il n'ose la franchir tant il redoute ce qu'il pourrait apprendre sur sa fille. Il a peur. Une peur qu'il a traînée toute sa vie, au point d'éviter par tous les moyens le milieu hostile de l'Administration, duquel il n'a connu que les longues files d'attente, les rebuffades des fonctionnaires, les inévitables pots-de-vin pour avoir d'incompréhensibles papiers.


Avertissement


Malgré la grande familiarité avec la vie casablancaise et le monde du petit commerce ou de la grande finance, les événements et a fortiori les personnages de ce roman sont parfaitement fictifs. Le lecteur qui croirait reconnaître un ami, un ennemi ou une relation d'affaires ferait fausse route.
Pour ceux qui voudraient contacter M. Lamrini: [email protected]

Prochain épisode, mercredi 11 août: L'interrogatoire de Ba Lahcen

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc