×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    International

    Les prix du pétrole avancent en raison d’inquiétudes pour l’hiver

    Par L'Economiste | Edition N°:2122 Le 04/10/2005 | Partager

    Les prix du pétrole progressaient le 3 octobre en raison d’inquiétudes sur l’approvisionnement hivernal, notamment aux Etats-Unis où de nombreuses raffineries sont toujours à l’arrêt à cause des récents ouragans. Sur l’International Petroleum Exchange (IPE) de Londres, le baril de brent de la mer du Nord prenait 18 cents à 63,66 dollars sur l’échéance de novembre.«L’inquiétude porte sur l’approche de l’hiver dans l’hémisphère nord et sur la consommation de combustibles de chauffage», a indiqué un analyste au cabinet de consultants Purvin and Gertz. «Un certain nombre de météorologues prédisent un hiver plus froid que la normale dans le nord-est des Etats-Unis, une région qui consomme habituellement beaucoup de fioul de chauffage et recourt de plus en plus au gaz naturel», a noté de son côté un analyste à la Deutsche Bank. Or, le prix du gaz naturel a atteint un niveau record jeudi dernier à New York à 14,80 dollars/mmBtu (British Thermal Unit), dopé par une demande croissante et une production paralysée à 80% dans le golfe du Mexique par les récents ouragans Katrina et Rita. Les Etats-Unis souffrent aussi d’un manque d’installations pour importer le gaz, ne disposant que de cinq terminaux pouvant recevoir les méthaniers. En outre, douze raffineries étaient toujours fermées le 30 septembre dernier dans le sud des Etats-Unis à cause de Katrina et Rita, gelant une capacité de raffinage de 3,03 millions de barils par jour (mbj), soit 17,8% des capacités totales américaines. Ces interruptions empêchent les raffineries de constituer des stocks de fioul de chauffage avant l’hiver, et le marché craint que les Etats-Unis ne soient obligés de recourir massivement aux stocks pour satisfaire la forte consommation hivernale.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc