×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Les opérateurs d'Agadir adressent une motion à Youssoufi

    Par L'Economiste | Edition N°:599 Le 21/09/1999 | Partager

    De notre correspondante, Malika ALAMI

    · Les armateurs sont prêts à désarmer leurs bateaux en cas de renouvellement de l'accord de pêche

    Pas question de renouveler l'accord de pêche avec l'Union Européenne. Les professionnels sont intransigeants. La quatrième session ordinaire de la Chambre des Pêches Maritimes de l'Atlantique Centre-Agadir (CPMA) qui s'est tenue le 15 septembre a été l'occasion pour réitérer leur position. Plus encore, les opérateurs menaçaient de désarmer leurs bateaux et fermer leurs usines si par malheur l'accord, sous n'importe quelle forme, venait à être renouvelé.
    Regroupés sous leurs fédération, association et chambre professionnelle, les opérateurs du secteur ont élaboré une motion à l'attention du Premier ministre. L'objectif est de dissiper tout malentendu au sujet du non-renouvellement de l'accord de pêche.
    Dans un communiqué de presse, la CPMA souligne le caractère ambigu de certaines déclarations gouvernementales concernant ce sujet. Sans préciser de quelles déclarations il s'agit, les opérateurs interpellent le gouvernement à préciser sa position en confirmant la non-reconduction de l'accord de pêche. En contrepartie, la lettre adressée à M. Youssoufi comporte l'engagement des opérateurs à doubler la valeur ajoutée du secteur en cas de non-reconduction de l'accord.

    La motion met en exergue l'importance de la contribution des ressources halieutiques aux équilibres économiques et sociaux. Selon les prévisions de la Chambre, le retrait de la flotte étrangère donnera un coup de pouce à la production nationale. Celle-ci atteindrait 1,3 million de tonnes en l'an 2000, soit une augmentation de 55% par rapport à la situation actuelle. Au-delà, la production suivrait un rythme de croissance de 6% par an, permettant ainsi d'atteindre en 2003 1,5 million de tonnes. Les industries de valorisation ne seraient pas en reste. L'amélioration sur laquelle tablent les professionnels du secteur avoisine les 15% en moyenne annuelle. L'industrie de la conserve connaîtrait la même progression alors que les unités de conditionnement au frais et de congélation pourraient doubler leur production.
    Les exportations connaîtraient une explosion selon les prévisions des professionnels. Ainsi, les exportations augmenteraient de 16% en valeur et de 26% en volume en moyenne annuelle. En 2003, les exportations de poisson congelé se chiffreraient à 8,8 milliards de DH, celles de conserves et semi-conserves totaliseraient 3 milliards et celles du poisson frais 2,5 milliards.
    En tout, la pêche maritime pourrait doubler les rentrées de devises assurées par le secteur, soit 1,5 milliard de Dollars.


    La grève des marins-pêcheurs condamnée


    L
    ors de la réunion de la CPMA, les professionnels du secteur ont condamné la grève des marins-pêcheurs. (voir notre édition du 17 septembre). Les armateurs déclarent que les revendications n'ont rien à voir avec les problèmes du secteur. Selon la Fédération Nationale des Syndicats à la Pêche Côtière d'Agadir, «ces dernières portent notamment sur le code pénal et l'arrestation d'assassins, les lignes d'autobus... sur lesquels les armateurs n'ont aucun pouvoir».

    Malika ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc