×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Les OPCVM secouent la Bourse

    Par L'Economiste | Edition N°:226 Le 18/04/1996 | Partager

    C'est à une véritable flambée des cours qu'a assisté la Bourse cette semaine (du10 au 16 avril). Pour preuve, les indices CFG25 et USI ont progressé de 5,13 et 7,1% respectivement, doublant leurs performances 1996. La semaine dernière (du 3 au 9 avril), ils s'étaient accrus de 0,55 et 0,66%.
    Outre l'amélioration des résultats 1995 des sociétés cotées, l'accélération de la hausse des cours est attribuée à un fait récent: l'intervention des OPCVM, explique MIT. "Nous ressentons clairement l'impact de ces institutions qui voient leurs actifs progresser régulièrement par souscription de parts et qui arrivent sur un marché asséché, provoquant une flambée des cours", note la société de bourse.
    Sur les 29 actions qui ont été traitées, 4 seulement se sont inscrites en baisse par rapport au dernier cours de la semaine précédente. Il s'agit du CIH (-5DH à 155DH), de Cadem (-5DH à 410DH), de Cior (-1DH à 334DH) et d'Alcatel (-16DH à 650DH).

    Dans le secteur bancaire, les hausses enregistrées sont relativement importantes. La BCM, qui avait déjà augmenté de 10DH la semaine précédente, s'est encore appréciée de 18DH pour clôturer à 603DH. Elle reste toutefois peu liquide sur un marché demandeur. Les autres valeurs ont également poursuivi leur hausse. La BMCI a gagné 44DH pour s'échanger à 334DH, la BMCE 14DH à 375 et Wafabank 32DH à 414DH. Comme indiqué dans L'Economiste du 11 avril 1996, le cours de la BMCI réagit à l'annonce de l'augmentation de capital par incorporation de réserves et attribution gratuite d'une action nouvelle pour cinq anciennes.Pour les sociétés financières, Eqdom a pulvérisé tous les records. Après avoir franchi la barre des 600DH la séance du 8 pour clôturer à 665DH le lendemain, cette action s'est accrue de 105DH. Le 16 avril, elle a été cédée à 770DH. Selon MIT, le titre Eqdom provoque à chaque cotation des quasi-disputes entre les intermédiaires en bourse et les autorités de la SBCV qui interviennent pour limiter la hausse. Sofac, Acred, Somafic et Diac Equipement ont grimpé respectivement de 35, 21, 30 et 5DH.

    Concernant le secteur alimentaire, d'autres ajustements à la hausse se sont opérés pour Lesieur, les Brasseries, Branoma et Centrale Laitière.
    La SCP a gagné 15DH pendant que la Samir se réengageait sur un trend haussier. Cette dernière a bouclé la semaine à 268DH après 251DH la période précédente.
    De son côté, la SNI s'est accrue de 51DH pour traiter à 515DH.
    L'ONA, enfin, a gagné 35DH, passant de 356 à 391DH soit de plus que son plus haut niveau de 1995 (370). En 1994 et 1993, cette valeur avait atteint des pics de 455 et 380DH respectivement.
    Déjà la semaine dernière, le marché avait anticipé les bons résultats de la holding (son résultat net part du groupe a progressé de 61,1% à 602,6 millions de DH).
    Son BPA 95 (bénéfice par ation) s'est également amélioré, s'établissant à 35,03DH contre 24,19DH en 1994 et 15,55DH en 1993. L'ONA va distribuer un dividente de 14DH, soit 1 et 2DH de plus qu'en 1994 et 1993 respectivement.
    Par ailleurs, l'action ONA est devenue moins chère: en 1995 elle n'affichait plus qu'un PER de 9,4 contre 19,3 en 1993 et 15 l'année suivante.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc