×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Les obligations dopent le marché

Par L'Economiste | Edition N°:1158 Le 05/12/2001 | Partager

. Plus forte hausse, Papelera de Tetuan avec 4,94%. Plus forte baisse, BNDE avec 5,85%Bon début de semaine pour la place de Casablanca, l'IGB grimpe à 612,92 points s'appréciant de 0,72%. Le bon comportement de l'IGB pendant les deux dernières semaines a permis de ramener la contre-performance annuelle à 7%. Le volume transactionnel a atteint 94,2 millions de DH, dont 50 ont été drainés par les bons du Trésor. Sur le marché des actions, c'est les deux holdings ONA et SNI qui ont le plus animé la séance avec près de 39% du chiffre d'affaires, soit 17 millions de DH. Pour ce qui est des variations, le marché était plutôt bien orienté. Sur les 27 valeurs qui ont traité, 16 étaient en hausse contre 4 en baisse et 7 en stagnation. C'est Papelera de Tetuan qui a récolté la plus forte hausse (4,94%), suivie de Sonasid (3,96%) et Managem (3,85%). Le marché continue de sanctionner BNDE. La bancaire a clôturé la séance avec une baisse de 5,85%. Côté news, le CDVM porte à la connaissance du public que la CIMR qui a déclaré le 30 novembre dernier avoir cédé le 27 du même mois sur le marché de blocs, 74.886 actions de la société Sofac Crédit, au prix unitaire de 442 DH, franchissant ainsi à la baisse le seuil de participation de 5% du capital de ladite société. Suite à cette transaction, la CIMR ne détient plus aucune action Sofac Crédit.


Marchés internationaux sous pression

Le DJIA, principal indicateur de Wall Street, a perdu 0,89% et l'indice composite de la bourse électronique Nasdaq 1,33% lundi, après la faillite du premier courtier en énergie mondial, Enron et l'aggravation de la crise israélo-palestinienne. Le marché boursier a été sous pression après la faillite du courtier en énergie Enron, annoncée dimanche, et en raison de l'aggravation de la situation au Moyen-Orient, où Israël a lancé des raids sur l'héliport du Président palestinien Yasser Arafat à Gaza et sur le bureau du gouverneur de Jénine et le quartier général de la police de cette ville, en riposte aux attentats du week-end. La Bourse de Paris a fini en léger repli lundi, résorbant une partie de ses pertes grâce aux gains de sa valeur vedette, le groupe pétrolier TotalFinaElf propulsé, dans un marché atone, par l'escalade de la violence au Proche-Orient et la rumeur d'un accord entre la Russie et l'OPEP. Après avoir ouvert en repli de 0,82%, le CAC 40 a passé sa première séance du mois de décembre dans le rouge, avant de finir en recul de 0,27% à 4.463,84 points. L'indice, qui a gagné 3,10% le mois dernier, rebondit ainsi de 22,2% par rapport au plus bas atteint le 21 septembre. «Le marché a été soutenu par un indice NAPM meilleur que prévu«, commentait un vendeur, qui se disait déconcerté par un marché sans direction. Ailleurs en Europe, les principales bourses ont cédé du terrain elles aussi: Londres a fini en recul de 0,75%, tandis que Francfort perdait 0,58% et le DJ Euro Stoxx 0,68% peu après la clôture du marché parisien. F. T. (AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc