×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Politique Internationale

Les nouveaux modèles essayés par L'Economiste : Avec la Maxima, Nissan s'affiche dans le haut de gamme

Par L'Economiste | Edition N°:62 Le 14/01/1993 | Partager

Présent depuis un peu plus d'un an sur le marché marocain avec ses véhicules particuliers, Nissan polarise son offre 1993 sur les segments "moyenne-supérieure" et haut de gamme. Exit donc l'image du traditionnel "pick-up", ex-figure de proue des ventes du constructeur japonais au Maroc.

Avec le lancement, en ce début d'année, de ses modèles Maxima, NX coupé, Sunny diesel et au Printemps prochain, de la nouvelle génération de sa Bluebird, Nissan se positionne directement sur les créneaux occupés notamment par la Safrane, la R.21 de Renault ou la CRX de Honda, comme la BX de Citroën, la Peugeot 405...

Déjà, en 1992, Nissan a commercialisé 230 véhicules de tourisme au Maroc. Ce résultat place dans le giron de la marque environ 25% des ventes de voitures importées la même année. Pour 1993, le constructeur table sur la cession de 330 unités. Chez Siab, son représentant au Maroc, ces performances s'expliqueraient, entre autres, par l'effort publicitaire déployé en 1992 sur le repositionnement de la marque japonaise du véhicule utilitaire vers la voiture de tourisme.

Cette année, Nissan argumente avant tout sur la "High-tech" et la fiabilité qui entourent la conception de ses véhicules montés au Japon par le deuxième constructeur nippon, à une trentaine de kilomètres de Tokyo.

Fleuron de la gamme, le modèle Maxima, outre l'ABS, présente aussi des d'équipements de sécurité dite "passive" comme un système d'absorption d'impact de choc. En théorie. l'habitacle est protégé de la déformation par les chocs avant ou arrière. De même, les portières ont été renforcées en prévention des chocs latéraux. Les matériaux et fournitures résistantes au feu ont été privilégiés pour l'équipement intérieur.

Pour sa part, le conducteur dispose d'un large champ de visibilité et les rétroviseurs sont aisément réglables de l'intérieur. Suivant l'adage, "mieux vaut prévenir...", les concepteurs nippons de la Maxima ont également songé à intégrer un feu stop rehaussé au niveau de la partie supérieure du coffre.

4 ceintures de sécurité à enrouleur complètent le dispositif sécuritaire apparent de la Nissan Maxima. Un voyant lumineux clignotant situé sur le tableau de bord rappelle d'ailleurs aux étourdis un éventuel oubli du port de la ceinture.

Avec son moteur 3 litres (3.000cm3), 6 cylindres, la Maxima développe 170Ch pour un prix de 398.000 Dirhams (option BVA =18.500 DH en sus). L'ergonomie des sièges est satisfaisante. Le réglage électrique de l'assise, notamment au niveau des lombaires, offre, pour le conducteur, un confort plus que certain. A l'arrière, comme à l'avant, les passagers bénéficient d'un accoudoir central.

La notion de "pilote" est privilégiée. Ainsi, le chauffeur dispose sur son accoudoir gauche d'une commande électrique centralisée de l'ensemble des vitres, en sus de chaque commande individuelle. De même, l'ouverture du coffre peut être opérée à partir d'une simple touche située sous le volant.

Sobre, le tableau de bord permet un repérage rapide de tous les indicateurs de fonction facilitant largement la prise en main du véhicule pour une première utilisation.

L'essai de L'Economiste porte sur la version automatique du modèle.

Suivant sa morphologie, le conducteur peut incliner à volonté le volant. Trois types de conduites sont envisageables.

En effet, grâce à un système de synchronisation variable de la boîte de vitesse le chauffeur peut opter, à partir d'un bouton situé devant le levier de vitesse, pour une conduite dite "normale", de confort ou "sport", modifiant le rythme de montée en régime.

La direction assistée renforce la sensibilité et la précision de la conduite. Bien équilibrée, la Maxima efface toute sensation de balancement dans les courbes . L'angle de braquage, relativement court pour un véhicule de ce gabarit, offre une bonne potentialité de manoeuvre, même dans des rues étroites.

Bonne routière, cette berline aux lignes extérieures effilées, sans abus de "conception" futuriste intègre en outre un système de sélection de vitesse augmentant son confort de conduite.

Au-dessus de 60Km/heure, la vitesse peut être verrouillée à partir d'un bouton de commande intégré au centre du volant. Un simple freinage suffit à déverrouiller le régime.

Enfin, haut de gamme oblige, la Maxima est équipée d'un système audio en quadriphonie. En fait, le seul point faible de ce modèle découvert par l'équipe de L'Economiste se situerait au niveau de la puissance du klaxon, jugée trop faible.

Mais les concepteurs de ce modèle sont japonais, et Tokyo n'est pas Casablanca.

Christian MEAR

NX, le coupé de Nissan

Se voulant comme une concurrente directe de la Honda CRX, la Nissan NX coupé est sur le marché depuis le début de l'année. Elle bénéficie d'un moteur à injection électronique monopoint de 1.597cc, 16 soupapes, développant une puissance de 110CV Din. Le moteur est associé à une boîte de vitesse à cinq rapports. Le prix de vente de ce modèle est de 240.000DH.

Avec ce modèle, le constructeur nippon succombe à la mode du coupé. Celui-ci a une ligne générale fluide avec une impression de puissance, caractéristique des coupés sportifs. La calandre est affinée et deux petits feux de route additionnels incrustés à l'avant soulignent le caractère sportif.

L'originalité réside dans le toit amovible qui équipe le véhicule en option. Ce dernier est un "pavillon en T" avec les deux panneaux qui peuvent s'ôter de manière indépendante.

A l'intérieur, le coupé NX reçoit la traditionnelle planche de bord, simple, sans surcharge d'équipements. L'affichage de toutes les données est digital et comprend le compte-tours le témoin de carburant et la vitesse.

A l'avant, les sièges "sport" sont agrémentés d'un réglage lombaire. A l'arrière, on ne pourra accueillir que deux passagers. L'accès à bord demande quelque souplesse. La banquette arrière est rabattable, ce qui rendra bien des services pour les éventuels bagages.

L'équipement comprend en série la direction assistée, la climatisation, des vitres et des rétroviseurs électriques avec réglage intermittent et automatique, le verrouillage automatique de la porte passager à détection de vitesse. Il faudra toutefois recourir aux options pour l'ABS (Anti-Blocage-System).

Côté carrosserie, Nissan a développé un acier spécial, le Durasteel pour toutes les gammes. Sa particularité est d'être protégé sur ses deux faces par un alliage de zinc et de nickel plaqué électriquement.

Sur le plan mécanique, le coupé est simple. L'un des plaisirs qu'offre la NX coupé réside dans son comportement routier et l'agrément de conduite qu'il procure. Sa suspension lui donne une stabilité de conduite, même en virages serrés ou sur chaussée en mauvais état. Le freinage se montre rassurant.

Le comportement général de cette japonaise est sans reproche. L'ensemble nous donne une proposition pour rouler "pas-comme-monsieur-tout-le monde".

M.O.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc