×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Les nouveaux commissaires prennent leurs fonctions

Par L'Economiste | Edition N°:1748 Le 15/04/2004 | Partager

. Ils promettent de défendre, avant tout, les intérêts de l'UELors de leurs auditions devant le Parlement européen, trois futurs commissaires européens, appartenant aux pays appelés à rejoindre l'UE le 1er mai, ont promis de défendre l'intérêt communautaire tout en veillant à l'indépendance de leurs fonctions. Ainsi, Sandra Kalniete, commissaire lettonne, a assuré devant les eurodéputés qu'elle n'accepterait «aucune pression», tant de la part de Riga que d'un autre gouvernement. «J'agirai toujours conformément à l'intérêt général de la Communauté et veillerai à garder une totale indépendance dans l'exercice de ma fonction», a-t-elle ajouté.Pour sa part, le commissaire hongrois, Peter Balazs, a promis dans une contribution écrite de se montrer entièrement “indépendant” dans l'exécution de ses tâches, «sans solliciter ni accepter d'instructions de quelque gouvernement ou organisme que ce soit». Par ailleurs, les deux commissaires, ainsi que le Maltais, Joe Borg, ont répondu à de nombreuses questions concernant les domaines dont ils auront à s'occuper à compter du 1er mai, aux côtés d'un membre actuel de la Commission européenne. En effet, Kalniete travaillera aux côtés du commissaire pour l'Agriculture et la Pêche, Franz Fischler. Balazs sera «jumelé» au commissaire pour l'Aide régionale et en charge de la réforme institutionnelle, Jacques Barrot. Alors que Borg oeuvrera aux côtés du commissaire pour le Développement, Paul Nielson. Ces nouveaux commissaires ont défendu bec et ongles les positions connues de Bruxelles sur les différents sujets dont ils vont s'occuper. La commissaire lettonne a plaidé ainsi pour la réforme de la politique commune de la pêche, en soulignant les alertes répétées des milieux scientifiques sur la raréfaction des ressources halieutiques. De plus, elle n'a pas hésité un seul instant à défendre les dispositions du Traité d'adhésion en matière d'agriculture. Un traité pourtant fustigé par les pays candidats lors des négociations d'adhésion. Interrogé sur le projet de Constitution européenne, le commissaire hongrois a estimé que les travaux seront terminés d'ici la fin de la présidence irlandaise de l'UE, fin juin, comme les dirigeants de l'Union s'y sont engagés fin mars au sommet de Bruxelles. Balazs a même avancé que les négociations sur ce volet épineux, «semblaient s'orienter» vers un système de double majorité à pourcentages identiques, qui restent encore à définir, pour les votes au Conseil des ministres de l'UE.Synthèse L'Economiste  

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc