×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Les négociations agricoles jugées par des professionnels

Par L'Economiste | Edition N°:2314 Le 07/07/2006 | Partager

. La Fenagri considère l’offre bien ficelée. La Comader insiste sur l’urgence des réformes du secteurLES négociations agricoles entre les mains des professionnels? La réunion de mardi dernier entre le chef des négociateurs Moha Marghi et les professionnels abonde dans ce sens. Le secrétaire général du ministère de l’Agriculture leur a exposé la proposition marocaine, remise à l’Union européenne, après la validation du Premier ministre moins d’une semaine avant. Il n’est pas allé dans les détails de peur de dévoiler toutes ses batteries en pleine négociation. Aujourd’hui, les professionnels sont en train de préparer les réunions à venir et opérer des arbitrages au sein des différents secteurs. Comment réagissent les professionnels concernés directement par ces négociations agricoles avec l’Union européenne?D’emblée, Mohamed Chraïbi, président de la Fenagri (Fédération nationale de l’industrie agroalimentaire), plante le décor: «Dans ces négociations, les professionnels sont directement impliqués. Cela n’a pas de prix». En effet, le ministère fait appel à eux avant et après chaque round. Depuis le début de ce processus, ils sont à la cinquième réunion où tous les secteurs sont invités. Certains chefs de file y participent et font des propositions. D’autres boudent ou envoient des représentants..Selon Chraïbi, «l’offre marocaine est très bien ficelée». Pour lui, les négociateurs maîtrisent le dossier sur le plan technique et sont à l’écoute. Il juge positif l’établissement des cinq listes de produits (www.leconomiste.com) dont l’une est à exclure du libre-échange, comprenant des produits sensibles et qualifiés d’ «explosifs». De son côté, Ahmed Ouayach, président de la Confédération marocaine de l’agriculture et du développement rural (Comader), parle de «liste du siècle» (en comparaison des autres listes: ouverture immédiate, celle de 5 ans, de 10 ans, 20 ans). . Epée de DamoclèsLa profession soutient donc la demande marocaine de supprimer tous les obstacles tarifaires et non tarifaires. La clause de sauvegarde est considérée par les opérateurs comme une épée de Damoclès. Les négociateurs marocains veulent sa révision pour plus de souplesse.Rabat demande également à Bruxelles de formuler une clause de préférence. En d’autres termes, le Maroc doit être considéré comme privilégié et réclame le maintien des acquis antérieurs, quelle que soit l’issue des négociations. Cette dernière requête a été mise en avant, en relation avec la liste des produits européens dits «sensibles». Ces derniers sont les principaux produits que le Maroc exporte vers l’UE. Sur le chapitre des OCM (Organismes communs des marchés), les négociateurs n’ont pas retenu la requête des professionnels des fruits et légumes qui voulaient l’intégration à ces organismes. Les négociateurs ne l’ont pas retenue estimant qu’elle pourrait diminuer leur argumentaire. Ils ont préféré demander le démantèlement des mécanismes d’accès aux marchés qui constituent un obstacle aux produits marocains. Cependant, les négociateurs ne semblent pas prendre des initiatives au niveau des réformes, vitales au secteur agricole. Pour Ouayach, il est impératif d’engager des refontes en profondeur et de répondre ainsi à l’injonction royale faite au gouvernement en 2003 de mette en œuvre un plan de restructuration de l’agriculture. Une demande unanime des professionnels. Mohamed CHAOUI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc