×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Les ministres des Finances de la zone franc à Libreville

Par L'Economiste | Edition N°:2255 Le 14/04/2006 | Partager

. Au menu, les privatisations et leurs «effets sociaux». Comment atténuer l’impact des fluctuations des cours du coton pour les pays africainsLe Premier ministre gabonais, Jean Eyeghé Ndong, a ouvert jeudi 13 avril à Libreville la rencontre semestrielle des ministres des Finances de France et des quinze pays africains de la zone franc, notamment consacrée aux obstacles qui freinent la convergence de leurs économies. «Cette réunion constitue un cadre idéal de réflexion pour faire des propositions concrètes devant nous permettre de franchir ensemble les étapes difficiles du développement», a déclaré Eyeghé Ndong. «La rencontre d’aujourd’hui constitue une occasion de réaffirmer l’engagement résolu de mon pays, en faveur de la zone franc», a-t-il ajouté, indiquant qu’il fallait «se réjouir de la présence de la France à nos côtés». Précédée mercredi par une rencontre des experts, la réunion ministérielle devait évoquer «la convergence économique» dans les pays de la zone, ainsi que les «chocs exogènes» qu’ils subissent, avec l’exemple des variations des cours du coton, et les privatisations et leurs «effets sociaux», selon le président gabonais de son comité d’organisation Régis Imongo. La France doit présenter à Libreville un dispositif destiné à atténuer l’impact des fluctuations des cours du coton pour les pays africains. Outre le ministre français des Finances, Thierry Breton et son homologue gabonais Paul Toungui, les ministres ou leurs représentants de huit pays d’Afrique de l’Ouest (Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée Bissau, Mali, Niger, Sénégal et Togo), des Comores et de cinq pays d’Afrique centrale (Cameroun, Centrafrique, Congo, Guinée équatoriale et Tchad) participaient à la réunion.Synthèse L’Economiste

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc