×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Dossiers

Les métiers de l'eau ont leur salon

Par L'Economiste | Edition N°:617 Le 15/10/1999 | Partager


· Les organisateurs du SIME 99 tablent sur 6.000 visiteurs
· Cette première édition mettra en valeur les différentes facettes de l'utilisation de l'eau


Le premier Salon International des Métiers de l'Eau (SIME) ouvre aujourd'hui ses portes à la Foire Internationale de Casablanca (FIC). L'initiative revient à la Chambre Française de Commerce et d'Industrie du Maroc (CFCIM) et l'agence de communication Forum 7.
Pour les organisateurs, le SIME se tient à un moment où la problématique de l'eau devient de plus en plus préoccupante. Le signal d'alarme a été donné à plusieurs reprises. Les ressources en eau s'usent et le pays se dirige à terme vers un déficit hydrique.
La CFCIM souligne que la tenue du salon trouve son ancrage dans l'effort que mènent les pouvoirs publics pour sauvegarder cette denrée rare. Ces derniers se sont penchés depuis plusieurs mois sur un programme antisécheresse dont l'un des objectifs est d'alimenter les régions arides en eau potable. Le salon s'inscrit également dans le sillage des efforts du gouvernement en matière d'irrigation et de déssalement des eaux.
La Chambre Française précise que le SIME est une manifestation technique. L'objectif est d'instaurer une concertation entre les professionnels afin de faire face aux besoins en eau dans les années à venir.
Pour cette première édition, quelque 70 entreprises de différentes nationalités ont reservé leurs stands. La Chambre table sur 6.000 visiteurs du salon qui doit fermer ses portes le samedi 16 octobre.
Les activités concernées sont l'hydraulique, la distribution et le transport de l'eau, les laboratoires de recherches, le traitement de l'eau et le matériel d'épuration.
Des débats dans différents endroits du salon sont prévus. Il s'agit de plates-formes où des professionnels, des exposants et des visiteurs pourront échanger leurs idées sur un sujet. Les thèmes retenus concernent l'état d'avancement de la politique en matière de gestion des ressources en eau, la gestion des eaux domestiques et industrielles, la coopération internationale et l'expertise des centres de recherches dans le traitement des eaux usées.
Cet événement permettra aux visiteurs de partir à la découverte de l'eau sous toutes ses facettes: l'histoire de l'eau (de la source au robinet), l'eau génératrice de loisirs, les sports d'eau, la magie de l'eau et de la lumière, transfert de technologies en matière de gestion de l'eau...


Capacités de mobilisation


L'agriculture, grande consommatrice d'eau, sera aussi au menu de ces débats. Selon la revue Conjoncture publiée par la CFCIM, les précipitations annuelles moyennes représentent 150 milliards de mètres cubes. Ces pluies varient entre les années de sécheresse où la moyenne est de 40 milliards de m3 et les bonnes années où elles atteignent 400 milliards de m3. Seule 15% de la superficie totale du pays reçoit 50% des pluies. 120 milliards s'évaporent. Le pays ne peut compter que sur 30 milliards de m3 de pluie utile. Sur ce solde, compte tenu des conditions techniques et économiques actuelles, seuls 21 milliards sont mobilisables. En 1999, 11,7 milliards de m3 ont été mobilisés, 8 par les barrages et 3,7 à partir des nappes phréatiques.

Nadia LAMLILI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc