Affaires

Les lauréats de l'Esith, très prisés

Par | Edition N°:2581 Le 01/08/2007 | Partager

. La demande des entreprises croissante. 70 ingénieurs d’Etat et 53 lauréats du cycle licence professionnelle. Quatre nouveaux programmes pour la prochaine rentrée scolaire«L'EXPERTISE de l’Ecole supérieure des industries du textile et de l’habillement (ESITH) est appréciée par les entreprises et donneurs d’ordre à tel point que nous sommes appelés à assurer davantage de formations« a annoncé fièrement Mohamed Lahlou, président du directoire de l’Esith, lors de la cérémonie des remises des diplômes aux lauréats de l’école. Et d’ajouter que «le taux d’insertion professionnelle des lauréats de l’Esith est de 100%». Le taux d’encadrement dans les entreprises commence à prendre de l’ampleur et le recrutement s’effectue directement à la source. Cette année, en plus des 70 lauréats ingénieurs d’Etat spécialisés (logistique internationale, chef de produit et textile habillement), a vu la sortie de la première promotion du cycle licence professionnelle (53 lauréats) en deux filières gestion de production en textile et gestion de production en habillement.  De quoi ravir Abderrahmane Farhate, directeur des études et membre du directoire: «nous avons innové en pédagogie en adoptant l’approche par compétence qui produit des profils d’emploi parfaitement en adéquation avec les besoins de leurs futurs employeurs». En effet, ces programmes (licence professionnelle) sont élaborés suivant un processus prenant pour base l’identification par les entreprises elles-mêmes des tâches et des comportements associés aux différents emplois. De ce fait, l’élève est placé au centre du système de formation, ce qui lui permet de maîtriser l’ensemble des compétences prévues. Résultat, l’élève devient à même d’accomplir correctement les tâches et activités préalablement identifiées. Le cycle ingénieurs a atteint aujourd’hui 441 lauréats. Aussi l’école, qui s’adosse à des partenariats avec ses homologues Françaises, a assuré pour 16 diplômés de la promotion de cette année la poursuite de la troisième année en France. Objectif: obtenir en plus du diplôme d’ingénieur d’Etat de l’Esith, celui d’ingénieur de l’Ensalt -Roubaix ou le diplôme de master-recherche de l’Insait-Mulhouse. Encouragé par la demande croissante des entreprises, l’Esith envisage, pour la prochaine rentrée scolaire, de mettre en place quatre nouveaux programmes. Ainsi deux filières en licence professionnelle «Gestion de la chaîne logistique» et Gestion des achats et sourcing  seront créées». S’y ajouteront deux autres en master spécialisé «Merchanding et distribution» et «Hygiène, sécurité et environnement». A signaler que ces programmes ont été élaborés en association avec des fédérations nationales, des établissements d’enseignement supérieur français et canadiens. Ce qui va permettre à l’Esith de diversifier les débouchés. «Nous avons anticipé sur les vents de changement pour mettre au service de l’économie nationale les compétences qui seraient nécessaires pour jouer sur un échiquier planétaire», conclut Farhate.


Anticipations

L'ESITH a été la première école d’ingénieurs à épouser, en 2004, le système Licence Master Doctorat (LMD). Elle a aussi été la première école à avoir accrédité des programmes de licence professionnelle par la Commission nationale de coordination de l’enseignement supérieur. Le cycle licence professionnelle a été mis en place en 2004/2005. En outre, l’école a signé, en décembre 2006, la convention portant sur la formation de 10.000 ingénieurs ou assimilés à l’horizon 2010, avec le ministère des Finances et le secrétariat d’Etat chargé de la Formation professionnelle. Enfin, 75% des élèves de l’école, basée à Casablanca, viennent de l’extérieur de la métropole.Jalal BAAZI

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc