×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Les IDE chinois ont plus que doublé en 2005

    Par L'Economiste | Edition N°:2355 Le 06/09/2006 | Partager

    . 12,26 milliards de dollars en 2005. Intérêt particulier pour l’Amérique latine et ses matières premièresEncouragées à partir à la conquête du monde par les autorités, les entreprises et institutions chinoises ont donné en 2005 un coup d’accélérateur à leurs projets étrangers, doublant leurs investissements directs. Sans compter les investissements dans le secteur de la finance, ni prendre en compte les flux depuis Hong Kong et Macao, les investissements directs à l’étranger (IDE) chinois se sont élevés à un record de 12,26 milliards de dollars en 2005, soit une hausse de 123%, a annoncé le ministère du Commerce dans un communiqué commun avec le Bureau national des statistiques, publié sur son site internet. Quelque 3,8 milliards de dollars ont été investis en capital actions, 3,2 autres milliards ont été des profits réinvestis. La nature des 5,72 milliards restants n’a pas été précisée. 81% des investissements directs de la Chine à l’étranger sont partis vers des paradis fiscaux: Iles Caïman, Hong Kong, Iles Vierges britanniques. En dehors de ces «destinations traditionnelles» de l’investissement chinois, «pour la première fois, l’Amérique latine a pris la place de l’Asie comme destination première», indique le communiqué sans citer de chiffres. Si les investissements vers ce continent ont bondi, l’intérêt chinois pour l’Amérique latine et ses matières premières n’est cependant pas nouveau. Dans son rapport 2005 sur l’investissement dans le monde, la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED) avait déjà noté qu’en 2004 «un des principaux moteurs de l’IDE chinois à l’étranger était la demande croissante de ressources naturelles, ce qui avait entraîné la réalisation de grands projets d’investissements en Amérique latine». La moitié de ces investissements s’est fait par le biais de fusions-acquisitions, dans la foulée des exemples retentissants des dernières années (Lenovo, TCL, CNOOC).


    1,68% du flux mondial

    Dans leurs efforts pour «devenir mondiales», slogan en vogue ces récentes années, les compagnies chinoises ont déjà couvert l’essentiel de la planète, investissant dans 163 pays, couvrant 93% de l’Asie et 85% de l’Europe, selon ces données officielles chinoises. Mais les investisseurs sont établis en priorité dans la région administrative spéciale de Hong Kong, qui n’est pas considérée comme faisant partie de la Chine continentale, suivie des Etats-Unis, de la Russie, du Japon, du Vietnam, et de l’Allemagne. Selon le ministère du commerce chinois qui cite des chiffres de la Cnuced, les investissements chinois ont représenté 1,68% du flux mondial d’investissements directs l’an dernier, mais seulement 0,59% du total cumulé des investissements, qui s’élevaient pour la Chine à 57,2 milliards fin 2005. Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc