×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Emploi et Carrière

    Les Hommes qui font l'actualité

    Par L'Economiste | Edition N°:147 Le 29/09/1994 | Partager

    M. Berrada, ambassadeur extraordinaire à Paris

    M. Mohamed Berrada vient d'être nommé ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire à Paris (Cf. L'Economiste du 15 septembre 1994). M. Berrada est né en 1944 dans une famille de commerçants et d'industriels. Multi-diplômé de l'Université de Bordeaux, il est titulaire d'un doctorat d'Etat en sciences économiques (sur "les entrepreneurs marocains, une élite de transition"), d'un DES de droit privé, du diplôme de l'Institut d'Etudes Politiques, d'un diplôme de l'Institut d'Administration des Entreprises et d'une licence de Lettres, option sociologie.

    De retour au Maroc, il entre dans le corps enseignant de l'Université en 1969 et enseigne dans les facultés de droit et sciences économiques de Rabat et de Casablanca. Les disciplines enseignées sont l'économie politique et la gestion de l'entreprise. Elu à la tête du département d'économie de la faculté de Casablanca en 1980, il y introduit le système de conférences données par des professionnels, en dépit de l'interprétation restrictive qui régnait alors sur le statut des enseignants. Parallèlement, il s'est engagé auprès des entreprises de sa famille, notamment dans le textile.

    Nommé en 1986, ministre des Finances, il abandonne l'enseignement et ses affaires pour se consacrer au travail de redressement lancé par son prédécesseur, M. Abdellatif Jouahri.

    A ce travail, il a apporté la dimension idéologique consistant à modifier les habitudes de penser de la classe politique et de l'opinion publique. Rappelons, pour la petite histoire, que le mot libéralisme ne pouvait pas être prononcé, à cette époque-là, sans soulever des tempêtes parlementaires et médiatiques. Si sur ce point le ministre des Finances a joué un rôle déterminant, il a eu moins de bonheur sur la structure des finances, où il reste des points noirs : poids des entreprises publiques, assurances, évasion fiscale, accroissement des prélèvements sur le commerce extérieur. A son crédit, il faut inscrire la rénovation technique et humaine du Ministère lui-même, la baisse des impôts directs, la lutte contre les arriérés et surtout la sortie du rééchelonnement.

    Revenu dans le privé en novembre 1993 pour reprendre la gestion des affaires familiales, M. Berrada a aussi repris son enseignement. En mai 1994, il a été désigné par l'ONA et Salomon Brothers pour assurer la présidence du Morocco Fund. Il vient donc d'être nommé ambassadeur à Paris, la plus importante des représentations diplomatiques.

    M. Berrada est marié et père de cinq enfants.

    Nouveau bureau de l'AMGE

    L'AMGE (Association Marocaine pour la Gestion de l'Energie) a procédé le 23 septembre à l'élection de son nouveau bureau. Celui-ci est constitué des personnes suivantes:

    - président : M. Naïm Lahlou (Sococharbo), qui est donc reconduit,
    - vice-président : M. Mustapha Amhal (Groupe Somepi),
    - vice-président : M. Driss Cherrak (Ciments du Maroc),
    - vice-président : M. Abdelkrim Bennani (Projet GEM),
    - secrétaire général : M. Abdelkader Ben Bekhaled (Samir),
    - secrétaire général adjoint : M. Auguste Plaindoux (Axco Maroc),
    - trésorier : M. Abdallah Ghinaoui (TC Maroc),
    - trésorier-adjoint : M. Mostafa Guessous (Gereco),
    - Assesseurs : M. Daniel Gayet (Apave Maroc), M. Fouad El Alami (BNSTP) et M. Soulami Belhadj (ENIM).

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc