Emploi et Carrière

Les Hommes qui font l'actualité

Par L'Economiste | Edition N°:1 Le 31/10/1991 | Partager

·  M. Abderrazak MOSSADEQ revient au Ministère de l'Industrie, après un passage éclair à la tête de l'ODI. Il assure l'intérim du Secrétaire Général et l'on s'attend à ce qu'il soit nommé à ce poste. M. MOSSADEQ a une formation de mathématicien et de statisticien, ce qui est un profil plutôt rare chez les hauts cadres. Né en 1948, il est titulaire d'une licence de mathématique de l'Université de Rabat, d'une maîtrise et d'un DEA de mathématique de l'Université de Grenoble. Il est en outre ingénieur statisticien de l'ENSAE, promo 72. Il a été ingénieur chef de service de la planification et des études générales à l'ONEP avant de devenir chargé de mission auprès du Premier Ministre de 1974 à 1980, année où il a pris en charge le Secrétariat général de l'ODI. En 1983, il est nommé Directeur de l'Industrie au ministère de Commerce et de l'Industrie. Lorsque cette direction se transforme en Direction générale, elle coiffe alors des directions tournées vers le service qualitatif aux entreprises industrielles, dans le cadre de la restructuration et de la ré-orientation du rôle du ministère. M. MOSSADEQ en devient le Directeur général, car il a activement participé à la conceptualisation de ce nouveau rôle, accompagnant la libéralisation de l'économie marocaine. A la surprise générale au milieu de l'été dernier, période creuse pour les grandes décisions économiques, son nom est retenu pour prendre en main l'ODI, où sa mission est double. Il doit restructurer les entreprises du «groupe» ou du portefeuille en vue des cessions.Il doit aussi redéfinir la mission de l'Office. Ses premiers travaux, auxquels il a associé les cadres, concluaient au retour de l'Office à sa mission première, la promotion (cf nos informations en page 16). ·  M. BELHASSEN quitte l'ODI dont il était secrétaire général. Né en 1945 à Salé, M. BELHASSEN est ingénieur électronicien de l'Ecole Nationale Supérieure d'Electronique et de Radio-électricité de Bordeaux et titulaire d'une maîtrise en automatique de la Faculté de BORDEAUX (promo de 1968 pour les deux diplômes). Il commence sa carrière à l'OCP comme ingénieur chef du service de la régulation , avant de prendre la tête du service régulation et électricité. En 1975, il se voit confier la ré-orientation de l'ancienne Manufactures des armes et munitions qui s'oriente vers la production civile. Il participe ainsi à l'introduction des fabrications de moteurs au Maroc, dans un environnement plutôt hostile qui était persuadé qu'il ne peut pas y avoir de moteurs «made in Morocco». La manufacture entre dans le «groupe ODI» et devient la SIMEF, aujourd'hui privatrisable. Elle est regardée comme le noyau de la mécanique à Fès, car s'y sont adjointes des activités comme la fonderie de fonte. ·  M. André AZOULAY nommé conseiller de Sa Majesté le Roi pour les affaires économiques et financières. Agé de 50 ans, marié et père de 3 enfants, M. Azoulay est né au sein de la Communauté juive d'Essaouira, célèbre pour sa culture, son verbe facile et sa réussite dans le commerce extérieur de thé et de grains. Il s'orientera naturellement vers la communication au Maroc et à l'étranger. Diplômé du Centre de formation des journalistes, il crée dès 1963, à Rabat, un quotidien économique puis rejoint la France et Paribas en 1967. Conseiller pendant 10 ans du président de la SCOA, organisme de commerce vers l'Afrique, il restera correspondant de la MAP. De retour à Paribas en 1979, il crée la Direction de la communication et orchestre la campagne de privatisation de 1987, à travers laquelle il se fait particulièrement remarquer. La compagnie financière, nationalisée par F. Mitterrand cherchait preneur lors des opérations de privatisation lancées par J. Chirac, Premier ministre, dans la période de cohabitation. Il avait rejoint le premier groupe français de publicité, Eurocom (qui depuis s'est allié à RSCG) où il était responsable du développement du secteur hors-média, qu'il a tout récemment quitté, selon la presse française. Rappelons qu'à travers l'agence Klem-RSCG, Eurocom-RSCG est présent au Maroc. ·  Mme Souad Bennani épouse Lamriki a été nommée Directrice générale de Vidéorama. Première société de post-production en Afrique, Vidéorama traite les images et les sons tournés pour en faire des films, généralement des spots publicitaires. Vidéorama en réalise 120 par an, pour le compte d'agences, d'entreprises qui développent la communication institutionnelle, d'organisateurs de congrès et séminaires. Son capital est réparti entre Moulay Ahmed Belghiti pour 73% et Telson, leader de l'activité en Espagne, filiale du holding Banesto. Des pourparlers sont toujours en cours avec un grand groupe marocain qui pourrait prendre une part minoritaire dans le capital de Vidéorama. Souad Bennani-Lamriki est mère de 3 enfants. Diplômée de l'ISCAE, elle entre dans la communication par la pédagogie puisqu'elle enseigne pendant huit ans, dans le secondaire. Elle rejoint Videorama en avril 1989, est nommée directeur administratif et financier puis directeur général en septembre 1991, ses qualités relationnelles et sa rigueur ayant été appréciées.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc