×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Economie

    Les femmes artisanes veulent sortir de l’ombre

    Par L'Economiste | Edition N°:3034 Le 28/05/2009 | Partager

    . Des centaines de produits exposés à Casablanca jusqu’au 31 mai . Bijoux, tapis, djellabas... mais aussi miel, huile d’argan . Certaines ont parcouru plus de 1.000 km pour y participerLe parc de la Ligue arabe à Casablanca (en face de la porte du Parc Yasmina) abrite actuellement et jusqu’au 31 mai une exposition de femmes artisanes. Dans des tentes caïdales et à l’intérieur d’un beau bâtiment de deux étages (le «petit théâtre»), près de 2.000 objets artisanaux de toutes sortes, faits main, sont exposés à la vente. Une centaine de femmes artisanes venant d’une quarantaine de villes et villages marocains ont elles-mêmes fabriqué ces objets dans le cadre d’associations ou de coopératives régionales et locales. Certaines ont parcouru plus de 1.000 km pour participer à cette exposition qui, pour elles, revêt une grande importance. Des objets traditionnels de toutes les régions du Maroc sont ainsi présentés: coussins, tapis, sacs en cuir, couettes, nappes de table brodées, couvre-lits, paniers en osier, lampes de différentes tailles, djellabas et caftans, services de table, bouquets de fleurs, bijoux et une multitude de produits artisanaux divers et variés. Des produits alimentaires sont également en vente (huile d’argan, miel...). Cette exposition-vente est organisée par l’association Bouregreg et le réseau Refam Dar Maâlma (Réseau des femmes artisanes du Maroc). Ces derniers ont voulu à travers cette manifestation rendre hommage à ces femmes, toutes extraordinaires, pleines de talent, de volonté et de dynamisme. Certaines ont appris à fabriquer toutes ces belles choses par leurs mères, elles-mêmes détentrices d’un savoir-faire millénaire. D’autres ne savaient rien faire mais ont pris des cours au sein d’associations ou autres, et à force de persévérance et de motivation, ont appris un métier, dont elles tirent aujourd’hui un peu d’argent et une grande fierté. Certaines sont habituées depuis plusieurs années aux expositions et foires, d’autres ont quitté pour la première fois leur village. A noter que l’inauguration officielle a eu lieu mardi dernier en présence de la Princesse Lalla Oum Keltoum, petite-fille du sultan Moulay Abdelaziz, qui avait régné sur le Maroc au début du siècle (1894-1908). Elle a écouté des témoignages de femmes artisanes, très émues de s’exprimer devant une princesse de ce rang. L’inauguration a eu lieu l’après-midi et s’est poursuivie avec un dîner servi sous une tente caïdale, avec orchestre et animation. Toutes les femmes artisanes participantes y étaient conviées. Elles y ont pris part avant de se rendre au centre d’accueil de Bourgogne, où elles logent pendant la durée de la manifestation. Au cours de ce dîner, a eu lieu une cérémonie de remise de trophées. Des femmes artisanes ont été récompensées pour leur innovation, leur créativité, leur engagement et leur assiduité. Nadia Salah, directrice des rédactions du groupe Eco-Médias, a reçu un prix (pour son encouragement et son aide aux femmes artisanes). A noter également que les personnes ne pouvant pas se déplacer ont la possibilité de visionner et même commander des articles exposés par Internet. Un site a été mis en place à cet effet. Il s’agit de www.artisans-maroc.org.


    Témoignages
    Cherifa Mghrai, 36 ans, Salé«Je n’ai pas eu la chance d’étudier. Je suis venue à Salé en 1988, je me suis mariée et j’ai eu trois enfants. A part la cuisine et le ménage, je ne savais rien faire de mes dix doigts. Il y a cinq ans, j’ai commencé à prendre des cours et j’ai appris un nouveau métier. Aujourd’hui, je donne moi-même des cours et je reçois de plus en plus de commandes. Je confectionne les tissus d’ameublement pour salons, chambres à coucher... Grâce à ce nouveau métier, je me suis beaucoup épanouie. Désormais, j’ai un métier, je gagne de l’argent et je suis fière de moi. Mon mari, mes enfants et ma famille adorent mes travaux. Quant à moi, je compte continuer à développer mon activité...».Nadia Hassani Saïssi, 35 ans, Zaouiat Saiss, près d’El Jadida«J’ai commencé à travailler à l’âge de huit ans. C’est ma mère qui m’a appris à tisser la djellaba saïssia, le haïk, le salham...La djellaba saïssia est un habit traditionnel de notre région, qui est porté par les femmes depuis plusieurs générations. Elle coûte entre 1.000 et 4.000 DH, mais est un peu en perte de vitesse. D’ailleurs, il devient difficile de trouver des clientes et la vie est dure. Je suis divorcée et j’ai à ma charge deux filles qui étudient. Pour confectionner une djellaba saïssia, il faut entre deux et trois mois de travail. Ce n’est pas facile. Aujourd’hui, je suis fatiguée et je ne vois plus très bien. Les temps sont durs... » Fatima Taghlaoui, 47 ans, Figuig«Je suis mariée et j’ai 4 enfants. Je fais du tricot, de la couture, de la broderie. Je fabrique des djellabas, des jabadors... Il y a quelques années, j’ai créé une association, avec deux amies. C’est l’association Nahda. Aujourd’hui, nous encourageons les femmes de notre région à travailler pour gagner de l’argent et acquérir leur indépendance. Beaucoup sont divorcées et ont besoin de revenus. Plus d’une trentaine de femmes bénéficient actuellement de nos cours. Nous les aidons aussi à écouler les vêtements réalisés. Nous avons maintenant besoin d’un local stable, pour poursuivre notre activité dans de bonnes conditions. Figuig est aussi connue pour la fabrication de produits à base d’alpha, de couscous, berkoukach, zammita, fromage sec et gâteaux».Nadia BELKHAYAT
    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc