×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    International

    Les fabricants d'articles de sport trahissent l'esprit olympique

    Par L'Economiste | Edition N°:1719 Le 05/03/2004 | Partager

    . Les ouvriers travaillent dans des conditions insoutenables Les fabricants d'articles de sport, chaussures et maillots, exploitent des millions d'ouvriers et salariés dans le monde entier afin de profiter des Jeux Olympiques qui auront lieu cet été à Athènes, a accusé l'ONG Oxfam. L'organisation non gouvernementale britannique a lancé une campagne mondiale baptisée «Play Fair at Olympics» (littéralement, jouez juste aux Jeux Olympiques), faisant pression sur le Comité international olympique (CIO) et les fabricants d'articles de sport. Cette campagne dénonce l'attitude de grandes marques internationalement connues qui, pour profiter de la popularité des Jeux Olympiques d'Athènes, mettent leurs employés dans des conditions de travail difficiles, voire insupportables, selon Oxfam. «Afin d'honorer les commandes, les fournisseurs des grands groupes obligent leurs employés à travailler plus longtemps et plus intensément, leur refusant des droits pourtant fondamentaux», a regretté Oxfam dans son communiqué. Selon les éléments recueillis par Oxfam et l'organisation Clean Clothes (Habits propres) qui enquêtent sur les pratiques salariales dans l'industrie textile, les fabricants d'articles de sport mettent sous pression leurs fournisseurs pour livrer leurs commandes à temps. Oxfam cite dans son communiqué le témoignage d'une Indonésienne travaillant dans une usine qui fournit les marques Fila, Puma, Nike, Adidas et Lotto. «Si je n'atteins pas mon objectif quotidien durant mes heures normales de travail, je dois faire des heures supplémentaires sans être payée en retour», a-t-elle indiqué aux enquêteurs d'Oxfam. «Je n'ai aucune sécurité d'emploi», a-t-elle ajouté. Selon Oxfam, le CIO devrait faire pression sur ces équipementiers sportifs qui sont aussi des sponsors des Jeux Olympiques et qui paient des droits pour l'utilisation des anneaux olympiques. (AFP)

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc