×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

Les examens, l'enjeu central de l'école

Par L'Economiste | Edition N°:346 Le 17/09/1998 | Partager

Les parents apprécient modérément le mode de passation des examens, mais il faut souligner, à défaut d'expliquer, qu'il y a des différences importantes par ville de résidence ainsi que par catégorie professionnelle des parents.


La question sur les examens est la seule de l'enquête qui engendre des différences régionales et professionnelles significatives. Il est vrai que c'est un domaine très passionnel où les parents sont immédiatement concernés. Ils le sont peut-être davantage que lorsqu'il faut payer les fournitures, car l'examen conditionne évidemment le passage (donc joue sur les frais aussi), mais il conditionne sans doute la réputation sociale de la famille et la réussite ultérieure des enfants.
Les professions libérales trouvent que le mode de passation des examens est "très satisfaisant" à raison de 16%. Ils sont au-dessus de la moyenne nationale qui est à 12%. Inversement, les cadres et les fonctionnaires ne le trouvent pas satisfaisant, à raison de 22 et 25%. Ils sont assez nettement au-dessus de la moyenne des insatisfaits qui est à 16%.

Par ville, Rabat et Casablanca, pour une fois, ne s'inscrivent plus en rouspéteuses et portent la quasi-intégralité de leurs voix vers le "moyennement satisfaisant".
Les championnes des protesta-tions sont les petites villes. Prises ensemble, elles sont très au-dessus de la moyenne nationale des mécontents. Y aurait-il des problèmes spécifiques dans les petites villes, problèmes auxquels les grandes villes échapperaient? L'enquête ne permet pas de le dire.
Le poids numérique des petites villes n'est cependant pas assez important pour transformer les résultats globaux. Or, globalement, les parents sont satisfaits des examens et du prince d'entre eux, le bac, qui se passe en plusieurs fois. A ces "moyennement satisfaits" il faut ajouter le 12% qui, lui, est "très satisfait". Ce qui donne un 79% de familles contentes, non pas des résultats de leurs enfants, mais du "mode de passation des examens". Nuance! Géographiquement, ce sont donc les grandes villes et leur forte pondération qui font pencher la balance nationale vers le "globalement satisfait".

Pour être parfaitement exact et décrire la réalité comme elle se présente, signalons une critique: le programme. Ils sont une petite vingtaine de parents qui s'indignent de ce que les questions de l'examen "ne tiennent pas compte du programme" (les chers petits n'auraient-ils pas fait aussi un peu d'école buissonnière?) ou que le programme soit trop chargé.
Soulignons enfin, que parmi les 16% de parents non satisfaits, seule-ment trois évoquent, indirectement, le problème du "bachotage". Lequel est pourtant l'un des chevaux de bataille des nouveaux pédagogues. Peut-être ceux-ci seraient-ils bien inspirés d'orienter leurs messages vers les parents au lieu de rester enfermés dans leur tour d'ivoire pour spécialistes?


Attention à la corruption

· Ce n'est pas l'ampleur qui compte, mais sa signification


"La prof de maths a dit qu'elle ne voulait pas corriger la copie de Si Mohamed, alors elle a mis un 6 à la copie de ma petite soeur". Nadia, qui termine son doctorat de physique, a souvent aidé ses soeurs pour leurs devoirs. Mais les parents ont aussi pris des cours particuliers chez leur voisin et cousin, Si Mohamed. C'était plus commode que ceux proposés par la prof de maths, mais la petite soeur de Nadia a passé une vilaine saison en maths. L'année suivante, heureusement elle a retrouvé ses bons résultats d'autrefois. La prof avait changé...
Il ne faut certes pas généraliser à partir d'un cas, mais les parents interrogés par l'enquête se plaignent aussi de ce problème de "magouille" à l'école et spécialement pour les examens. 47 parents d'élèves ont expliqué pourquoi ils n'étaient pas contents des examens. Dix d'entre eux ont explicitement mis en accusation la corruption. Ce n'est pas énorme sur 301 familles interrogées, pourtant c'est gravissime si l'on songe à l'éducation indirecte que les enfants reçoivent ainsi.

Nadia SALAH

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc