×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Dossiers

    Les énergies renouvelables gagnent du terrain

    Par L'Economiste | Edition N°:465 Le 17/03/1999 | Partager

    · L'énergie solaire photovoltaïque constitue "la solution adéquate" dans les zones où le réseau électrique public fait défaut

    · L'énergie éolienne connaîtra une nouvelle impulsion avec le projet de 50 mW à Koudia El Baïda


    Les énergies renouvelables ont de beaux jours devant elles. Prisées pour leur aspect écologique, elles sont aujourd'hui considérées comme une alternative pour créer de l'énergie dans les zones inaccessibles.
    A côté du bois, les énergies renouvelables sont au nombre de trois.
    · L'énergie solaire photovoltaïque profite à près de 50.000 foyers ruraux. Ces derniers se trouvent en général dans des zones éloignées des réseaux de distribution électrique ou dans des zones d'accès difficile.
    L'énergie photovoltaïque sert également au pompage de l'eau.
    Cette forme d'énergie solaire est aussi utilisée pour l'électrification professionnelle, surtout dans le secteur des télécommunications. En effet, dans ce secteur, en l'absence de réseaux électriques publics, l'usage des systèmes photovoltaïques constitue selon les professionnels "la solution adéquate" pour alimenter les équipements de transmissions en énergie.

    Ecrêter les pics


    · De son côté, l'énergie solaire thermique est utilisée notamment pour la production d'eau chaude sanitaire. Les capteurs solaires thermiques équipent surtout les hôtels et les hôpitaux. Cette énergie permet, selon le Centre de Développement des Energies Renouvelables (CDER), d'alléger la facture énergétique, limiter la déforestation, protéger l'environnement et développer le confort en milieu rural. Selon le CDER, "cette forme d'énergie offre de bonnes perspectives de développement en raison du gisement solaire de bonne qualité et de l'offre en énergie conventionnelle (gaz et électricité) qui n'est pas généralisé". De plus, les besoins en eau chaude sanitaire sont en continuelle progression.
    Le Maroc importe 90% de ses besoins énergétiques. Aussi le rapport du CDER indique-t-il "qu'il est nécessaire de développer toutes les techniques des énergies renouvelables pour la production d'eau chaude sanitaire".
    L'énergie solaire peut aussi contribuer à écrêter les pics d'appel de puissance (élevés entre 17 et 23 heures). Reste que cette forme d'énergie souffre d'un manque de crédibilité et d'une absence d'information auprès du public.
    · Quant à l'énergie éolienne, qui consiste en la transformation de l'énergie cinétique du vent en énergie mécanique, elle permet la production d'électricité de forte puissance ou de faible puissance destinée aux sites isolés. Cette énergie connaîtra "une impulsion nouvelle avec la mise en oeuvre du projet 50 mW de Koudia El Baïda. Celui-ci doit permettre une production électrique de 200 millions de kiloWatt/heures, soit 2% de la production électrique du Maroc et l'équivalent de la consommation de 400.000 habitants", selon le CDER. Point important, la production annuelle électrique du parc éolien permettra d'éviter chaque année le rejet de 230.000 tonnes de gaz carbonique dans l'atmosphère.

    Khadija MASMOUDI


    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc