×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Les élections des chambres maritimes soumises à des surenchères politiques

Par L'Economiste | Edition N°:821 Le 31/07/2000 | Partager

• Des professionnels rapportent des pressions auxquelles ont été soumis des opérateurs côtiersLA fièvre électorale a gagné les Chambres des Pêches Maritimes. Un climat très tendu règne chez les opérateurs du secteur. Il l'est davantage entre ces derniers, particulièrement les hauturiers et le Ministère de tutelle. Selon eux, une pression a été exercée, particulièrement sur les professionnels de la pêche côtière, «les plus soumis aux pratiques administratives«.Aujourd'hui, deux chambres ont déjà élu leur président et les membres de leur bureau. Il s'agit de la Chambre Maritime de l'Atlantique-Centre (Agadir) où M. Lahcen Bijediguen, président sortant, a été reconduit à l'unanimité. Il en a été de même pour les membres du bureau. La deuxième chambre ayant déjà procédé aux élections est celle de l'Atlantique-Nord (Casablanca). Contrairement à Agadir, les élections de la Chambre de Casablanca, le jeudi 27 juillet, ont enregistré des perturbations. M. Abdelmajid Smires a été déchu. Les urnes ont été favorables à M. Redouane Hadade, jeune opérateur côtier de San, qui a été élu nouveau président. Les adhérents à la Chambre ont par la suite procédé à la désignation des membres du bureau. Celui-ci a été constitué uniquement d'opérateurs côtiers et de la pêche artisanale après que les hauturiers se soient abstenus de présenter des candidats.«Nous n'avons pas voulu participer à cette mascarade, car nous avons la certitude que les électeurs côtiers n'ont pas été libres dans leurs choix«, rapportent-ils. Aujourd'hui, 15 opérateurs, des deux pêches, menacent de se retirer de la chambre casablancaise. Selon des sources proches du dossier, Tanger a connu le même scénario. Face à M. Abdelhakim Ouaalit, actuel président, s'est présenté M. Ali Ayachi. La séance tenue le vendredi 28 juin dernier n'a pas permis de trancher entre les deux candidats pour faute de quorum. L'élection a donc été reportée pour cette semaine. M. Abdelhakim Ouaalit explique «qu'un climat mal sain s'est installé entre les opérateurs du Nord désormais divisés. Je pense qu'il faut régler les problèmes du secteur et ne pas rentrer dans ses surenchères politiques qui ne servent pas vraiment les intérêts des opérateurs«.La dernière chambre sur la liste est celle de Dakhia dont les élections se sont déroulés le vendredi 28 juin dernier. A l'heure où nous mettions sous presse, les résultats n'ont pas encore été connus.Plusieurs observateurs indiquent que «la véritable motivation de cette surenchère est le contrôle de la Fédération des Chambres Maritimes dont les élections se dérouleront en septembre prochain«.Aniss MAGHRI


Thami El Khyari accusé de pressions politiques
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc