×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Les Eaux et Forêts mènent campagne

    Par L'Economiste | Edition N°:1980 Le 17/03/2005 | Partager

    . Logos, spots, documentaires… conçus par Lowe-Shem’s. Objectif : Former et éduquer les citoyensC’est une première. Le Haut-commissariat aux Eaux et Forêts et à la lutte contre la désertification sort, si l’on peut dire, de sa réserve pour expliquer sa politique de travail. Exposée le 16 mars à Casablanca par Abdeladim Lhafi, en charge de l’instance, celle-ci va utiliser des moyens de communication modernes pour sensibiliser la population et l’ensemble des partenaires sur le patrimoine naturel national. La rencontre qui s’est tenue sur le thème «les aires protégées au Maroc : un défi pour la conservation et la valorisation du patrimoine naturel et culturel national» a esquissé la stratégie à venir dans toute sa globalité. «Le Maroc dispose d’une grande variété bioclimatique et d’une importante gamme de milieux naturels mais le développement socioéconomique a engendré une dégradation alarmante», souligne d’emblée Lhafi. La sédentarisation, la déforestation, les cultures intensives, le braconnage et le non-respect de la réglementation en vigueur sont autant de motifs. Au Maroc, la conservation de la biodiversité remonte au début du siècle. Une réglementation très précise, selon le commissaire, vise à assurer une exploitation rationnelle des ressources naturelles et la protection de la faune et de la flore. «Le Maroc a identifié un réseau d’aires protégées constitué de 10 parcs nationaux et 146 réserves, qui englobent des écosystèmes uniques et représentatifs de la biodiversité nationale», ajoute Lhafi. Ces espaces ont des rôles écologiques, économiques et sociaux. «Il s’agit également de mieux employer les ressources humaines et financières», indique le Commissaire aux eaux et forêts. Pour mener sa politique, le Commissariat dispose de 750 millions de Dh par an. A cela, il faut ajouter les apports et les dons de la coopération internationale. «Mais il est important que tout le monde prenne conscience de l’enjeu environnemental», souligne Nourdine Ayouch, directeur de Lowe-Shem’s. Agence qui a pris en charge la communication du Commissariat aux Eaux et Forêts. On apprend qu’une action d’envergure sera menée à l’échelle nationale. Un logo, un site internet, des spots TV et radios, et un documentaire accompagneront la nouvelle stratégie du Haut-commissariat. L’objectif est de sensibiliser sur les droits et devoirs de chacun. Fatima El Ouafi

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc