×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Economie

Les drôleries des pages de famille

Par L'Economiste | Edition N°:736 Le 30/03/2000 | Partager

. Des pages "naissance" aux pages funéraires écrites à la mémoire d'un aïeul, voire d'un compagnon à quatre pattes, on trouve de tout sur le Web


«JE ne suis pas encore née, mais vous pouvez déjà me voir et me découvrir à travers mon site que papa tient à jour». Mélanie trône, échographiée, sur le site bâti par son père(1). Des pages "naissance" aux pages funéraires écrites à la mémoire d'un aïeul, voire d'un compagnon à quatre pattes(2) (genre www.mondéfuntchien), on trouve de tout sur le Web.
Particulièrement branché, le faire-part de naissance en forme de site. Commode pour prévenir les copains et la famille de l'arrivée du petit. On e-maile la naissance aux amis qui n'ont plus qu'à cliquer sur l'adresse du site, attachée au message. Rien à imprimer, rien à poster. Hélas, ce premier pas technologique victorieusement franchi, les géniteurs négligent souvent la mise à jour du site. On attendait toujours en début de semaine des nouvelles de Mélanie, dont on n'a pas encore vu la bouille alors que le terme est dépassé depuis deux mois déjà.
Frustres ou léchées, les pages familles cèdent beaucoup à la facilité nombriliste. Oeuvre individuelle ou collective, le site est une vitrine où défile la galerie de portraits, de la première rencontre aux clichés du mariage, sans négliger des épisodes plus douloureux comme le suicide d'un enfant ou la maladie de proches.

Particulièrement en pointe, le site généalogique. Parmi les pages "familiales", plus d'une sur deux exhibe ainsi des fichiers plus ou moins nourris de quelques centaines à quelques dizaines de milliers de noms, classés par patronymes et par lieux de naissance, selon une recette bien éprouvée. Lionel Favre, expert en la matière, fait oeuvre plus citoyenne, dépouillant pendant ses congés les registres d'état civil de la commune de Peisey-Nancroix, le berceau de la famille en Savoie(3). Après avoir écumé les archives départementales de Chambéry et commandé aux mormons les microfilms qui lui manquaient, il a mis l'an dernier sur le Net la liste de tous les mariages enregistrés à Peisey-Nancroix: "J'ai tout entré sur le Web, une demi-heure à une heure par jour", explique ce directeur de société, membre du cercle généalogique de Courbevoie, en région parisienne.

Ancêtres acadiens


Pour sa part, Bruno Haffreingue, 45 ans, de Boulogne-sur-Mer, s'est pris de passion pour les Acadiens. Grâce à "mon père, tombé un jour sur un acte de mariage entre sa grand-mère et un certain Firmin Aucoin, un Acadien". Sur ces entrefaites, le papa, aujourd'hui à la retraite, remonte le fil des ancêtres, se rend à La Rochelle, pointe une piste qui mène au Canada. Il écrit là-bas et reçoit, neuf mois plus tard, une réponse positive de l'île Saint-Jean: son ancêtre Marcel Aucoin, né en 1650 à La Rochelle, a bien émigré en Acadie. Il avait 20 ans et il y a fait souche. Jusqu'à ce qu'un siècle plus tard, les Britanniques chassent de ce comptoir de pêche à la morue et de traite des fourrures les colons français enracinés en Acadie. La famille Aucoin monte alors à bord d'un vaisseau et fait cap sur Saint-Malo, mais la tempête les déroute sur Boulogne-sur-Mer. La nuit du 26 décembre 1758, raconte le site de la famille Haffreingue(4), débarquent ainsi "179 malheureux, tombés comme une charge supplémentaire sur une ville déjà obérée, depuis les vieillards septuagénaires jusqu'aux enfants à la mamelle, tandis que le bureau des pauvres étendit ses charités sur les étrangers. Bruno Haffreingue et son père n'ont plus alors qu'une seule curiosité: pister ces exilés. Désormais, tout ce que son père et lui récoltent ici et là alimente aussitôt leur site. Bruno, béotien en informatique, a appris le Net "en solitaire" et construit ses pages en suivant le mode d'emploi proposé par son fournisseur d'accès free.fr, un hébergeur particulièrement généreux pour l'espace qu'il accorde aux pages personnelles (100 mégaoctets). Tout étonné encore de la puissance du Web, il ne pourrait plus s'en passer aujourd'hui. "Pensez, s'enflamme le père, on peut même feuilleter les catalogues que les bibliothèques mettent en ligne: on a retrouvé comme cela des comptes rendus de procès". Tandis que le fils répond ou échange avec les Canadiens (des Québécois surtout), eux aussi à la chasse aux ancêtres. Sa prochaine quête portera sur le sort réservé à un petit groupe d'Acadiens de Boulogne-sur-Mer embarqués sur les Deux-Frères en 1764 pour gagner Cayenne.

Québec en pointe


Sur le Web francophone, on trouve d'ailleurs pléthore de sites québécois. La vague Internet y a déferlé là-bas beaucoup plus tôt. Marc Nicole, retraité de Saint-Eustache, tout près de Montréal, tenait avant l'irruption de l'Internet "un petit journal de famille, avec des drôleries, pas très scientifiques". Il colportait ainsi les nouvelles des uns aux autres. Jusqu'en 1996 où le site familial, baptisé "le Nicolage", a pris le relais(5). L'Internet aidant, il a cédé lui aussi un peu à la quête généalogique: "On vient de Coutances, du côté d'Avranches". Mais aujourd'hui, le Nicolage est surtout un trait d'union: une petite centaine de membres de la nombreuse famille le consulte régulièrement. Mais c'est Marc Nicole qui "fait le rédacteur". Il a laissé à son épouse une petite place sur son site. Economiste, femme au foyer (elle a élevé dix enfants) et fervente admiratrice de l'écologiste René Dumont, elle anime le Réveil des abeilles, une lettre militante tiers-mondiste.o

Catherine MAUSSION
Syndication L'Economiste-Libération (France)

(1) www.multimania.com/tmarechal
(2) www.multimania.com/eitti/iolcos.html
(3) www.favre.free.fr
(4) http://brhaffre.free.fr)
(5) www.geocities.com/nicolage2

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc