×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Les dispositions du plan antisécheresse

Par L'Economiste | Edition N°:733 Le 27/03/2000 | Partager

. La nouveauté du programme réside dans la sauvegarde de la forêt et l'enclenchement d'une campagne de sensibilisation

Les détails du plan antisécheresse sont connus. M. Habib El Malki, ministre en charge de l'Agriculture, en a dévoilé le contenu hier lors d'une conférence de presse donnée au siège de son département à Rabat.
La prochaine Loi de Finances consacrera 6,5 milliards de DH à l'exécution du plan antisécheresse qui s'étale sur 15 mois (du 1er avril 2000 à juin 2001). Cet argent proviendra des dotations spéciales du Trésor, des comptes spéciaux hors budget et du Fonds de Développement Rural qui sera alimenté d'une façon permanente pour faire face aux aléas climatiques.
Le programme contient sept grands axes. En matière d'alimentation en eau potable (610 millions de DH), près de 2.225 localités de 618.000 habitants seront approvisionnées à travers des camions-citernes et des forages de points d'eau.
Sur le registre de la protection du cheptel (1,2 milliard de DH), le programme prévoit la résorption de 70% du déficit fourrager, estimé à près de 18 millions de quintaux d'orge. Plusieurs actions seront initiées. Ainsi, près de 10,3 millions de quintaux d'orge seront distribués à un prix de 130 DH le quintal. L'importation du manioc et de drêches de brasserie sera exonérée des droits de douane. L'Etat prendra en charge les frais de transport des autres aliments de bétail.

Pour combler l'important déficit céréalier évalué à près de 52 millions de quintaux, un effort particulier devra être déployé pour alimenter les souks ruraux et les halles en grains (300 millions de DH) et réduire la pression sur la farine nationale subventionnée. Le programme prévoit la régulation du marché de blé à travers 5 millions de quintaux à 260 DH le quintal.
Le traitement du surendettement des fellahs sera reconduit pour leur permettre d'accéder à de nouveaux financements lors de la prochaine campagne agricole (360 millions de DH). Les actions à mener penchent pour un report d'échéances et non pas une annulation de la dette comme l'année dernière. Ce rééchelonnement bénéficiera à près de 50.000 agriculteurs sur une période de sept ans avec une bonification du taux d'intérêt comprise entre 1 et 5 points.
Le plan prévoit le démarrage des chantiers de travaux générateurs d'emplois en milieu rural. M. El Malki a insisté sur l'importance accordée par le programme à l'investissement à travers l'octroi d'une enveloppe de 4,21 milliards de DH. La sécheresse a rétréci les opportunités d'emplois saisonniers avec un déficit de près de 52,5 millions de journées de travail.

Le ministre a précisé que les mesures prises contiennent des dispositions nouvelles par rapport à la campagne précédente. Ces mesures concernent la sauvegarde du patrimoine forestier et la mise en oeuvre d'une campagne nationale de sensibilisation avec la participation de la société civile.
Selon M. El Malki, les superficies endommagées ont atteint 4 millions d'hectares, soit 75% de l'ensemble des superficies cultivées. La détérioration des pâturages, le déficit en eau potable et la montée des prix des fourrages ont entraîné une baisse importante de la valeur ajoutée agricole de près de 9 milliards de DH.

Nadia LAMLILI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc