×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Les dirigeants de Boeing confiants en l’avenir

Par L'Economiste | Edition N°:1774 Le 24/05/2004 | Partager

. Le trafic aérien est revenu à son niveau d’avant le 11 septembreLES dirigeants de Boeing affichent un bel optimisme dans l’aviation commerciale. Et ce, grâce aux commandes de vieilles valeurs sûres et à l’accueil fait à son nouveau 7E7 «Dreamliner». Mais tous les analystes ne sont pas totalement convaincus. Selon Alan Mulally, PDG de la division aviation commerciale, «le groupe compte désormais livrer «autour» de 300 appareils commerciaux en 2005, là où il tablait initialement sur des livraisons de quelque 285 avions, soit environ le même nombre que cette année». Harry Stonecipher, le PDG du groupe, a estimé pour sa part que «le trafic aérien est revenu à ses niveaux d’avant (les attentats) du 11 septembre» 2001, ce qui veut dire que les compagnies aériennes vont devoir penser à se rééquiper. Le 737 se vend très bien en ce moment. La forte demande pour les 747 concerne en particulier le modèle destiné au transport de fret, a souligné Mulally.Certains analystes aéronautique et défense ne sont pas aussi euphorique et ils soulignent que la demande pour le 767 «est faible» et qu’»elle pourrait être freinée par la hausse combinée des prix du pétrole et des taux d’intérêt». Ils ne sont pas non plus certains de la reprise du secteur. «Nous continuons à nous inquiéter de la reprise de l’aviation commerciale, qui est essentielle pour la santé de l’action de Boeing», déclarent-ils. Il faut noter que le ton de Mulally et du PDG de Boeing Harry Stonecipher tranchait nettement cette année, avec celui de l’année dernière. Et ce, quand le géant américain avait le moral en berne, miné par quelques scandales côté défense et un chiffre d’affaires en chute dans la division commerciale. En 2003, l’Européen Airbus, le seul vrai rival de Boeing dans l’aviation commerciale, avait pour la première fois livré plus d’appareils que le groupe américain et affichait une stratégie bien plus clairement définie, avec son pari sur l’avion géant A380, qui doit entrer en service en 2006.(AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc