×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Les développeurs informaticiens tiennent leur grand-messe

Par L'Economiste | Edition N°:1748 Le 15/04/2004 | Partager

. Ils sont près de 1.500 à assister à la conférence organisée par Microsoft. Une aubaine pour la mise à niveau informatique au MarocPrès de 1.500 développeurs informaticiens sont attendus à la seconde édition de la North Africa Developpers Conference (NDC). Ces accros du clavier peuvent profiter ainsi des journées organisées par Microsoft Afrique du Nord pour mettre à nu les difficultés informatiques qu'ils rencontrent au sein de leurs entreprises. L'inauguration de la NDC a eu lieu mardi 13 avril à Casablanca en présence de Khalid Alioua, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique ou encore de M'hamed Dryef, wali de Casablanca. Des maîtres de conférence de très haut niveau animeront les 48 sessions au programme de cette seconde édition. Aussi, “ils pourront prendre conscience de la multitude de possibilités que leur offrent les technologies de développement de Microsoft actuelles et futures”, indique-t-on auprès de la firme américaine. En effet, la NDC constituera l'occasion de présenter en avant-première la nouvelle génération des technologies de développement Microsoft, notamment Windows Longhorn, Visual Studio Whidbey et SQL Server Yukon. Les responsables du géant de l'informatique qui insistent sur la R&D comme fondement de la philosophie Microsoft, placent par ailleurs la filiale maghrébine au centre de leur intérêt. “Microsoft Afrique du Nord se situe au milieu du classement des 80 autres filiales. Le marché est très prometteur, c'est également pour cette raison que nous y organisons la NDC”, soutiennent-ils. Selon eux, ce marché, qui a représenté près de 30 millions de dollars de chiffre d'affaires en 2003, nécessite un grand nombre de développeurs pour la diffusion des technologies de l'information. De plus, “les développeurs maghrébins font preuve d'une soif de savoir qui promet d'énormes perspectives d'évolution dans cette région”, fait observer Olivier Ezratty, directeur de la division des Développeurs et Plates-formes d'entreprise à Microsoft France. Selon lui, la NDC reflète un intérêt particulier pour les pays de l'Afrique du Nord.


Code source

Les développeurs informaticiens ne souffrent généralement pas du non-accès au code source des applications Microsoft”, soutient Olivier Ezratty. Selon lui, près de 1 million de personnes à travers le monde disposent du code source. Et ce, même si les développeurs n'en ont pas besoin pour travailler sur un logiciel ou une application. “Le développement peut très bien s'effectuer à travers une simple interface”, ajoute Ezratty. Le code source est par ailleurs disponible dans trois cas. Le premier tient à la sécurité des systèmes informatiques gouvernementaux. Les développeurs peuvent également y avoir accès lorsqu'ils rencontrent des problèmes de fond dans les logiciels dits embarqués. Le troisième cas, qui est le plus fréquent, a trait à l'éducation et à la recherche pour lesquelles l'accès à la source revêt une importance particulière.


“Microsoft veut optimiser l'emploi de ses applications”

. Deux questions à Olivier Ezratty, directeur de la division des Développeurs chez Microsoft France- L'Economiste: Quelle est concrètement la raison d'être de ces journées?- Olivier Ezratty: La North Africa Developpers Conference est une opportunité pour les développeurs informaticiens, dans la mesure où elle leur permet de prendre connaissance de l'état d'évolution des technologies de développement et de connaître les directions prises par Microsoft pour les années à venir. Les développeurs informaticiens, et tout le monde le sait, sont des personnes qui travaillent à long terme. Il leur faut par conséquent savoir quelles sont les orientations des technologies pour pouvoir y adapter leurs méthodes et leurs inventions. De plus, et au-delà de la dimension créatrice du métier de développeur, ces derniers sont souvent appelés à régler les problèmes informatiques quotidiens rencontrés dans l'entreprise. Et là aussi, la NDC apporte des solutions et aide les informaticiens à optimiser l'emploi des différentes applications Microsoft.- Les entreprises marocaines et par conséquent les développeurs nationaux expriment-ils des besoins spéciaux?- Le marché maghrébin, et marocain en particulier, rencontre moins de problèmes en matière informatique que les autres pays dits développés. Pour cause, le poids de l'existant est moins lourd. Les développeurs sont donc moins confrontés aux difficultés de mise en harmonie qui donne le tournis à leurs confrères occidentaux. En même temps, les pays du Maghreb doivent exploiter leur potentiel et leur richesse culturelle pour investir le marché des logiciels des pays arabes du Moyen-Orient, considéré jusqu'alors comme vierge. Faisant également partie de la communauté arabe, les Maghrébins disposent d'un avantage compétitif important par rapport aux développeurs américains et européens. Ils peuvent comprendre les réalités et les besoins de ces pays, pour ensuite y adapter les logiciels informatiques. Propos reccueillis par Naoufal BELGHAZI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc