×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Courrier des Lecteurs

Les cotées engrangent 2 milliards de bénéfice net

Par L'Economiste | Edition N°:324 Le 02/04/1998 | Partager

Les bénéfices des banques cotées ont progressé de manière assez soutenue en 1997. Le cap des 2 milliards est dépassé. Zoom sur les résultats.


L'exercice 1997 a été bon pour les sept banques cotées. D'après les bilans provisoires qui viennent d'être publiés conformément à la réglementation de la place, elles ont globalement réalisé un bénéfice net d'un peu plus de 2 milliards de DH, en hausse de 23,46% par rapport à 1996. La contribution à ce résultat est cependant divergente selon les institutions. A elles deux, BCM et BMCE Bank ont amassé un profit qui dépasse légèrement le milliard de DH, soit 52% du total.

Consolidation


La part du lion est évidemment revenue à la première avec un bénéfice net de 648,28 millions de DH. Elle a cependant réalisé la plus faible progression (en termes de bénéfice) du groupe, marquant une variation de +5,27%. Quant à BMCE Bank, elle affiche un bénéfice consolidé (activité Maroc, agence de Paris et Tanger zone franche) de 425,77 millions de DH, en hausse de 16,40% par rapport à 1996.
Chez Wafabank, une des trois grosses pointures privées du secteur, un bénéfice net social de 295 millions de DH, en hausse de 21,89% comparativement au précédent exercice, est annoncé. Cette banque a décidé de publier son premier bilan consolidé vers la fin avril 1998.
A rappeler que, dans un groupe, le bénéfice net social correspond au résultat d'une société prise individuellement par opposition aux résultats consolidés auxquels il est attribué une signification économique. La consolidation permet à un groupe d'élargir son champ de visibilité, d'aller au-delà des considérations purement fiscales.

La technique permet de décrire l'activité et le patrimoine d'un groupe d'entreprises ou d'un ensemble d'agents en annulant les opérations qu'ils effectuent entre eux.
Autrement dit, dans un groupe d'entreprises, il peut être établi un bilan consolidé nettoyé des avoirs et des dettes (capital, prêts à long terme, avances) des unes sur les autres et un compte d'exploita-tion consolidé, d'où sont exclus les échanges de biens et services à l'intérieur du groupe.
Cette notion de consolidation n'est pas encore admise en droit fiscal marocain. Chaque entreprise d'un groupe est tenue de s'acquitter individuellement de ses impôts en cas de profit.
Toutefois, en raison de la politique de filialisation engagée par les différentes banques, la consolidation devrait avoir droit de cité pour les besoins de l'analyse financière ou économique.


Erratum

Une erreur s'est glissée dans l'article «BMCE Bank en Chine» publié dans notre édition du 26 mars. La banque a en fait réalisé un bénéfice net proche de 426 MDH en 1997, en hausse de 16,40% par rapport à 1996, au lieu «d'un bénéfice net de 367,5 MDH en hausse de 21,5% par rapport à 1996», comme nous l'avons écrit. Ces derniers chiffres représentent les résultats de 1996 et leur variation par rapport à 1995. Par ailleurs, BMCE Bank contrôle 14,25% de la SMDC au lieu de 25%.

Alié Dior NDOUR

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc