×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Les constructeurs automobile exposent à Pékin

Par L'Economiste | Edition N°:1785 Le 08/06/2004 | Partager

. Le marché chinois attise des convoitisesLE Salon de l’Auto de Pékin, qui se déroule tous les deux ans, réunira cette semaine la quasi-totalité des grands constructeurs mondiaux, attirés par la très forte croissance du marché chinois, malgré de récents signes d’apaisement.Quelque 1.600 constructeurs et équipementiers automobiles seront présents, contre 1.200 en 2002, sur une surface portée à 120.000 mètres carrés, en hausse de 50%. Le Centre international des expositions de la capitale chinoise ne suffisant plus, un deuxième site a dû être trouvé.Plus de 600 modèles vont être présentés sur ce salon ouvert au public du 10 au 16 juin et dès mardi aux professionnels. «La manifestation s’inscrit dans un contexte particulier, dans la mesure où les quotas d’importation sur les véhicules importés vont être abolis» en 2005, déclare à l’AFP Jia Xinguang, un analyste de la China Automotive Industry Consulting and Development Corp.«En conséquence, le nombre de véhicules importés va considérablement augmenter, en dépit de certaines mesures limitatives, comme le maintien de six ports d’entrée» pour l’ensemble du territoire chinois, précise Jia.En 2003, l’augmentation des ventes de voitures en Chine avait dépassé 75%, selon les chiffres de l’Association chinoise des constructeurs automobiles. Et au premier trimestre de cette année, les ventes ont encore progressé de 44% par rapport à la même période de l’an dernier. Mais face à des prix qui baissent et à des droits de douane qui vont diminuer sur les modèles importés, nombre de consommateurs diffèrent leur décision d’achat. Pour la première fois en trois ans, les ventes ont reculé en avril par rapport au mois précédent, et la hausse sur un an ne devrait plus être que de 15 à 20% en mai, selon des responsables cités par le Financial Times. Ces récentes difficultés ne devraient pas cependant diminuer l’intérêt des constructeurs étrangers pour la Chine, désormais troisième marché automobile du monde derrière les Etats-Unis et le Japon.Face à la saturation des marchés automobiles européen, nord-américain ou japonais, s’implanter en Chine est devenu pour nombre de constructeurs une nécessité.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc