×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Agenda

    Les conseils du Centre de l'Entreprise du Maroc : L'analyse financière d'un projet

    Par L'Economiste | Edition N°:156 Le 01/12/1994 | Partager

    Dans notre précédente édition, le CEM avait traité de l'analyse économique du dossier financier, il reste à développer le deuxième volet, à savoir l'analyse financière. Cette partie nécessite dans la plupart des cas le recours à un organisme de conseil.

    L'étude financière au sens strict comporte quatre éléments aussi importants les uns que les autres. Il s'agit de la partie relative au financement en premier lieu, ensuite de la présentation de la structure de bilan, des indicateurs de gestion et enfin du montage financier.

    Le financement

    Le but de cette partie est de présenter les grandeurs et équilibres financiers tels le bilan de départ, le besoin en fonds de roulement, le plan de financement et le plan de trésorerie. Il faut que la banque puisse, à travers ces différents tableaux, situer vos besoins de financement à court et à moyen termes.

    . Le bilan de départ

    C'est un tableau qui retrace les différentes utilisations (machines et équipements, biens immeubles, stocks de départ...) des ressources d'une entreprise (capital et emprunts).

    On appelle actif la partie relative aux emplois, passif celle qui recense les ressources.

    . Le besoin en fonds de roulement

    Il est fondé sur différence entre l'actif dit circulant, qui comprend les stocks et les créances sur les clients d'une part, et le passif circulant composé des crédits fournisseurs et autres dettes à court terme d'autre part.

    Ce besoin en fonds de roulement dépend des conditions et pratiques commerciales qui diffèrent d'une activité à l'autre comme il dépend de votre pouvoir de négociation. En effet, les fournisseurs n'acceptent pas facilement de faire des crédits à une entreprise de création récente et vos clients essaieront de vous payer le plus tard possible sous prétexte qu'ils ne connaissent pas la qualité de vos produits. A vous de jouer pour convaincre les uns et les autres.

    Dans tous les cas, par précaution, prévoyez large .

    . Le plan de trésorerie

    L'idéal en gestion de trésorerie moderne est d'arriver à une " trésorerie zéro". Pour une jeune entreprise, cela est difficilement envisageable. Vous devez surtout dans l'établissement de votre trésorerie prévisionnelle vous rapprocher le plus d'une évaluation correcte de vos décaissements. Ensuite vous pourrez envisager de quel type de crédit (à cour terme) et de quels montants vous aurez besoin.

    .Le plan de financement

    En fonction des ressources que vous pouvez mobiliser et de vos besoins, il vous faudra établir un plan de financement prévisionnel. Ce plan de financement intègre et les éléments de court terme vus plus haut et les éléments de long terme (investissements et leur financement).

    . La structure de bilan

    Vous avez recensé à l'étape précédente vos ressources et vos emplois futurs. Présentez- les sous forme de bilans prévisionnels. La banque s'en servira pour analyser la structure et les équilibres globaux de votre projet.

    Les indicateurs de gestion

    plusieurs rapports ou "ratios" sont utilisés pour mesurer les performances d'une entreprise dans différents domaines. Lorsqu'il s'agit de l'évaluation d'un projet, les mêmes indicateurs serviront de tests de faisabilité. La différence c'est qu'ils s'appliqueront sur des prévisions et non sur des réalisations. Il serait fastidieux de reprendre tous ces indicateurs qui exigent pour leur élaboration une maîtrise des outils financiers et de gestion. Il suffira pour le propos de cet article de citer les principaux et d'expliciter leurs objectifs.

    . Les ratios d'activité

    Il s'agit du taux de productivité et du taux de profitabilité. Le premier évalue le rapport entre la valeur ajoutée par l'entreprise et la valeur de sa production.

    Le taux de profitabilité calcule le rapport de l'excédent brut d'exploitation sur le chiffre d'affaires.

    . Les ratios de rentabilité

    La rentabilité économique peut, entre autres, être représentée par le bénéfice net rapporté au total actif. La rentabilité financière est pour sa part évaluée au moyen du rapport du résultat aux ressources propres ou par le ratio de la capacité d'autofinancement sur les ressources propres.

    .Le ratio de liquidité

    C'est l'actif circulant sur le passif exigible à court terme.

    . Les ratios d'indépendance financière

    Ils s'intéressent à la structure des capitaux permanents, au niveau d'endettement ainsi qu'à la capacité de remboursement.

    - structure des capitaux permanents : ressources propres/ressources permanentes ;

    - niveau d'endettement : dettes totales/ressources propres ;

    - capacité de remboursement : dettes financières/capacité d'autofinancement.

    Le montage financier

    Tout projet de création prévoit un montage financier qui se veut optimal. Avant de préciser ses composantes, deux remarques peuvent être faites. D'abord, plus l'envergure du projet est importante, plus le montage nécessite une technicité en ingénierie financière, ce qui ne correspond pas aux projets qui postulent pour le crédit jeunes promoteurs. En outre, même le projet susceptible d'être financé par le crédit jeunes promoteurs a parfois besoin d'un crédit supplémentaire, comme il peut regrouper plusieurs associés dont quelques-uns éligibles CJP et d'autre pas. Le montage financier dans le dernier cas évoqué plus haut devra être effectué par des spécialistes du financement. Ces remarques faites, il faut préciser que le montage financier est relatif aux ressources permanentes.

    -Pour ce qui concerne les ressources propres, il faut y recenser le nombre d'associés, la répartition du capital entre ces associés ainsi que les modifications éventuelles prévues dans les années à venir (renforcement de la part de l'un ou de l'autre des associés, retrait...).

    - Pour la partie endettement à long terme, y compris pour les projets visant le CJP, il est parfois envisageable de recourir à d'autres moyens de financement : prêts participatifs, crédits à moyen terme (CMTR) etc.

    Source : CEM

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc