×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Dossiers

    Les chiffres du secteur

    Par L'Economiste | Edition N°:250 Le 17/10/1996 | Partager


    Le secteur de l'assurance a enregistré en 1995 un résultat technique brut de réassurance déficitaire de 2,490 milliards de DH, en amélioration de 13,7% par rapport à l'exercice précédent. Pour la même période, le secteur affiche un bénéfice de 1,2 milliard de Dirhams alors que le résultat d'exploitation est déficitaire. La performance s'explique en grande partie par des opérations exceptionnelles: les plus-values sur cessions d'actifs.

    Le secteur de l'assurance a amélioré en 1995 ses résultats techniques. En effet, les opérations d'assurance ont enregistré au cours de cet exercice un déficit technique brut de réassurance de 2,490 milliards de DH contre 2,888 milliards au cours de l'exercice précédent. «L'amélioration du résultat technique, comparé à celui de 1994, est d'autant plus significative que l'exercice 1995 a enregistré une dotation à la réserve de sinistres de 3,176 milliards de Dirhams», note le rapport de la DAPS dressant la situation liminaire du secteur des assurances pour l'exercice 1995. Difficile de se réjouir pour autant: le résultat enregistré au cours de cette année reste très en deçà du déficit technique atteint en 1993: 1,269 milliard de DH.
    S'agissant des engagements techniques des entreprises d'assurance, ils se sont établis à 24,722 milliards de DH contre 27,354 milliards l'année précédente, soit une régression de 9,62%. En fait, les engagements techniques ont progressé de 22,4% si l'on exclut la part des cinq sociétés en liquidation dans les engagements techniques à fin 1994.

    Légère décélération


    Contrairement au volet technique, les performances financières du secteur des assurances pour l'année 1995 sont exceptionnelles.
    En effet, le secteur affiche un bénéfice de 1,205 milliard de DH, malgré un résultat d'exploitation déficitaire de 139 millions DH. L'explication réside dans les résultats positifs de la gestion spéciale des rentes, qui ont enregistré un bénéfice de 47,28 millions de Dirhams mais surtout dans l'importance des résultats des opérations de pertes et profits, près de 2,3 milliards de Dirhams. Les plus-values sur cessions d'éléments d'actifs y ont contribué à hauteur de 2,24 milliards de Dirhams.
    Le chiffre d'affaires réalisé par le marché au cours de l'exercice 1995 s'est élevé à 6,9 milliards de DH(1), en progression de 7,25% par rapport à 1994. La progression est certes supérieure à celle observée au cours de l'exercice précédent (5,65%) mais elle demeure très nettement inférieure aux 14% atteints en 1993. Sur les deux dernières années 1993-1995, la progression cumulée est de 20% contre 28,2% pour la période 1991-1992.
    Comme pour les années précédentes, le marché reste dominé par l'assurance dommages. Cette branche a réalisé 3,8 milliards de DH au titre de l'exercice 1995, soit 57% du total des primes émises par le secteur. L'accroissement du chiffre d'affaires des assurances est dû essentiellement à la branche automobile qui a été à l'origine de 2,74 milliards de DH de primes émises, soit une progression de 16,41 % contre 8,25 l'exercice précédent. Ce qui lui permet de détenir 40,16% des encaissements du marché au titre de l'assurance dommage contre 37,43% précédemment.
    L'assurance personnes a également connu, en terme d'encais-sements des primes, une légère évolution, passant de 2,7 milliards de DH en 1994 à 2,9 milliards en 1995, soit une hausse de 6%. Avec un montant de 1,4 milliard de DH, l'assurance liée aux dommages corporels (individuelle, AT, maladie et invalidité) représente près de 50% des activités développées par les compagnies d'assurances au titre de l'assurance personnes. Quant aux 50% restants, ils sont partagés entre les garanties liées à la vie ou à l'épargne: 1,3 milliard de DH des primes émises et la grande branche: 1,5 milliard de DH.

    Le marché de l'assurance a également connu quelques changements au niveau du classement des compagnies. Ainsi, la Compagnie d'Assurance Transports (CAT) s'est retrouvée malgré elle en tête de classement des compagnies du secteur. Le transfert des contrats d'assurance automobile des cinq compagnies en liquidation lui permet de détenir la plus grosse part de marché (12,96% au lieu de 2,95% en 1994) avec un volume de primes de 885,76 millions de DH contre 187 l'exercice écoulé. En revanche, l'ordre établi chez les autres compagnies du secteur n'a pas été troublé.
    La compagnie Al Wataniya occupe toujours la première place au niveau du G8 avec un chiffre d'affaires de 828,5 millions de DH et 12,12% de part de marché, un chiffre en progression par rapport à 1994 où le chiffre d'affaires et la part de marché n'ont été respectivement que de 730 millions et 11,52%.

    Parmi les autres résultats positifs figurent tout d'abord ceux de la CAA, Wafa Assurance et la Sanad. La CAA a réalisé un chiffre d'affaires de 638,5 millions contre 578 en 1994. Les chiffres de Wafa Assurance sont également en progression: 419,7 millions (373 millions en 1994) et 6,14% (5,87% en 1994). Quant à la Sanad, elle a enregistré un chiffre d'affaires en légère hausse en 1995: 276, 8 millions contre 225 millions seulement une année plus tôt.
    Au chapitre des compagnies ayant enregistré un recul de leur chiffre d'affaires figure l'Alliance Africaine qui a vu sa part de marché descendre à 2,62% contre 2,82% en 1994. La baisse affecte également la RMA et Al Amane qui n'ont enregistré respectivement que 5,74 et 10,59% de parts de marché en 1995 contre 5,87 et 10,93% en 1994.
    Pour les autres compagnies du secteur, les parts de marché sont en progression pour Essaada (4,91 contre 4,86% en 1994), Atlanta (3,18% contre 2,68%), MAMDA (2,17% contre 2,08%), MCMA (2,22% contre 2%), MATU (1,54% contre 1,39%).
    Quant à la Marocaine-Vie et la GGM, elles ont vu reculer légèrement leurs parts de marché qui se situent respectivement à 1,93 et 2,19% contre 2,04 et 2,30% en 1994.

    Mohamed BENABID

    (1) Ce résultat tient compte du chiffre d'affaires des compagnies en liquidation qui a atteint, au cours des trois premiers trimestres de l'exercice 1995, 703,8 millions de Dirhams.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc