×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Courrier des Lecteurs

Les chiffres d'affaires miniers toujours en baisse

Par L'Economiste | Edition N°:90 Le 29/07/1993 | Partager

C'est dans la morosité que les entreprises minières vivent ce premier semestre 93, avec le maintien de l'atonie du marché mondiale (1).

POUR 1992, le chiffre d'affaires global du secteur minier était établi à 11,06 milliards de DH (TTC) contre 12,608 milliards en 1991, marquant une chute de 12,3%. Cette dégradation provient du fléchissement des exportations, puisque les ventes locales aussi bien que les échanges interbranches ont pratiquement stagné à leur niveau de 1991. Les exportations du secteur minier ont représenté en 1992 un peu moins de 30% du total des exportations (33,958 milliards de DH). Cette part relative atteignait 34,4% en 1989, 34,23% en 1990 et 30,65% en 1991. Pour expliquer la baisse des exportations marocaines notamment, l'Association des Industries Minières (AIMM) évoque, dans son rapport relatif à l'année 1992, le recul de la demande des matières premières dans les pays industrialisés. Recul provoqué par le fléchisse ment de la production industrielle (-0,6% dans les pays du G7 et -0,4 % dans l'OCDE).

Deux facteurs au moins sont à l'origine de cette régression de la demande, estime I ' AIMM . Elle cite d'abord le niveau des taux d'intérêt européens qui "interdisent la reconstitutiol1 des stocks au niveau des transformateurs", et en suite "le durcissement de la réglementation en matière de protection de l'environnement".

L'économie minière mondiale a également été caractérisée par les mutations politiques et économiques dans les pays de l'ex-bloc soviétique, poursuit le même rapport. L'effondre ment de 50 à 70% des échanges entre les anciens pays membres du COMECON aidant, ces mutations ont renforcé la volonté d'intégration de cette partie du monde dans l'économie mondiale, d'où des pratiques commerciales souvent à la limite du dumping et l'émergence du troc bilatéral ou multilatéral. Pour appuyer cette dernière idée;, l'AIMM cite l'accord qui existe

actuellement entre l'Ukraine, l ' Iran et Cuba: "le développement de ce type d'échange, note-t elle, permet à une industrie minérale non compétitive de survivre encore, en marge de l'économie mondiale".

A l'export, le chiffre d'affaires du secteur minier marocain a accusé une régression de 13,5% à 9,876 milliards de DH suite au recul des produits concentrés ou miniers, des dérivés de phosphate et des métaux. les ventes de produits concentre sont en effet diminué de 11,4% pour atteindre 3,404 milliards de DH. Cette diminution provient notamment des phosphates (-10,8% à 2,69 milliards de DH), de la barytine (-19,4%), du plomb (-40%), du manganèse chimique (-17,1%) et du zinc(-11,5%).

Pour leur part, les exportations de dérivés de phosphate ont fléchi de 14,3% à 6,018 milliards de DH et celles des métaux de 18,2% à 454,1 mil lions de DH. Ensemble, ces deux catégories de produits représentent donc un chiffre d'affaires de 6,472 milliards, en baisse de 14,6% par rapport à 1991.

Le chiffre d'affaires réalisé localement (à l'exclusion des ventes interbranches qui représentent 2,479 milliards de DH) est passé de 3,671 milliards de DH en 1991 à 3,662 milliards l'année suivante, soit un léger reculdeO,25Nc pour un volume en hausse de 12,9% à 11.662.785 tonnes. Cette quasi stagnation résulte de mouvements opposés enregistrés par les différents groupes de produits commercialisés localement, à savoir les produits concentrés, les dérivés de phosphates, les métaux et l'anthracite.

Tirées vers le bas par les ventes de sel (-31,8%), de ghassoul (-15,3%), de plomb

(-15,1%) et de fer (-5,3%) notamment, les ventes locales de produits concentrés se sont chiffrées à près de 2,699 mil liardsdeDHenbaissede0,83% pour un volume également en chute de 14,5%.

Le chiffre d'affaires réalisé au niveau des produits dérivés de phosphates s'est amélioré de 2,54%, passant de 499 millions de DH en 1991à 511,7 millions en 1992.

Les ventes de métaux ont enregistré à leur tour une hausse de 47,3% environ à 37,4 mil lions de DH sous l'effet notamment d'un meilleur comportement des ventes de plombdoux (+52,8% à 36,4 millions de DH). Pour l'anthracite enfin, son écoulement sur le marché intérieur a permis de réaliser une recette de 414,83 millions de DH, soit un fléchissement de 2,6%. Prises ensemble, ces trois dernières catégories de produits représentent un accroissement de 1,44% à 963,9 millions de DH.

Hakima EL MARIKY

(1) C f l'Economiste du 22 juillet 1993.

Chiffre d'affaires du secteur minier T.T.C

en 1992 (en 1.000 DH)

19911992Var. (en %)
Ventes locales3.6713.662.791-0.25
- Produits concentrés

- Dérivés de phosphates

- Métaux anthracite

2.721

524

425

2.698.870

549.091

414.830

-0.83

+2.5

+47.3

Exportations11.4259.876.330+47.3
Produits concentrés

Dérivé de phosphates et métaux

3.843

7.582

3.404.220

6.472.100

-11,4

-14,6

Interbranches2.488,7902.478,980-0.4
Chiffre d'affaire global12.608.70211.060,141-12,3
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc