×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

LES CAHIERS DE L’EMERGENCE
Sécurité routière: 1 mort par jour!

Par L'Economiste | Edition N°:3133 Le 21/10/2009 | Partager

. Les plans d’urgence se suc-cèdent sans effet. Les accidents hors agglomération sont les plus meurtriersLes statistiques de 2008 font état de près de 15.000 accidents ayant entraîné 364 morts et 19.000 blessés dont plusieurs personnes gravement atteintes, au moins une cinquantaine par mois. Il n’y a pas un seul mois de l’année où les accidents de la circulation ne dépassent le seuil du millier. Janvier et février (1.175 accidents) sont les mois les plus dangereux. Sans surprise, août est le mois le plus «sûr » mais, même moins nombreux, les accidents sont les plus meurtriers durant cette période. La baisse des accidents tient aussi à l’effet régulateur de départs massifs en vacances des populations. L’étalement des sinistres conforte les conclusions de l’étude réalisée par le Comité national de prévention des accidents de la circulation. Celle-ci s’est référée à la période 2000-2004, elle montre que les pics des accidents se concentrent au début de l’année (janvier) et sur les trois mois de l’été (juillet, août et septembre). Les risques sont en effet plus élevés en agglomération qu’en dehors. A l’intérieur de la ville, les accidents sont trois fois et demie supérieurs que sur les voies interurbaines (4.511 contre 1.335). Mais moins de sinistres ne signifie pas dire moins de morts. Au contraire, les accidents sur les routes interurbaines sont plus mortels (135 contre 81). L’insécurité routière est en nette évolution durant la période 2001-2003 (entre 12.600 et 13.000 accidents par an). A cette époque, le nombre de victimes dépasse de 20% le nombre enregistré au niveau national. C’est ce qui a justifié de doter Casablanca d’un premier Plan stratégique intégré d’urgence qui a démarré en avril 2004. Il s’est fixé deux objectifs: l’arrêt de la tendance haussière des tués et blessés graves à l’horizon 2006 et leur réduction significative après 2006. Mais au vu des résultats, les comptes n’y sont pas. Un nouveau plan stratégique a été adopté en 2008 avec l’objectif d’infléchir la tendance des tués et blessés graves. Premier bilan l’année prochaine.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc