×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Dossiers

    LES CAHIERS DE L’EMERGENCE
    Pêche: En attendant un énième plan de restructuration

    Par L'Economiste | Edition N°:3034 Le 28/05/2009 | Partager

    . Les problèmes structurels restent entiers. Vétusté de la flotte, difficultés financières, problèmes sociaux . Le programme de mise à niveau de la flotte piétineUn outil de production vieillissant, difficultés financières et un climat social explosif. Malgré la succession des plans de restructuration, la pêche opère en permanence en eaux troubles. A la table ronde de L’Economiste organisée à Agadir, les opérateurs étaient unanimes sur la dégradation de la situation de leur secteur. A ce tableau, s’est greffée une conjoncture marquée par un repli de la demande à l’export. La pêche hauturière est la plus exposée aux effets de la baisse de la consommation sur les marchés traditionnels. En effet, longtemps qualifiée d’activité «organisée et performante», la pêche hauturière est aujourd’hui en difficulté. A en croire les professionnels, entre deux campagnes, les cours du poulpe se sont littéralement effondrés. Ils sont actuellement 40% inférieurs à leur niveau de la marée précédente. Abdelfatah Zine, directeur de la Chambre maritime a, lui, une toute autre explication: au-delà de la chute des prix, le problème est plus profond, dit-il. «Il y a urgence à revoir en profondeur toute la flotte hauturière, véritable maillon faible du secteur. Et cela passe par des mesures politiquement hypersensibles. Pour le directeur de la Chambre maritime, on ne peut pas faire l’économie du redimensionnement de la flotte et de son renouvellement. «Cet axe doit être intégré dans le programme Ibhar avec des moyens conséquents», renchérit-il. Le programme de mise à niveau et de modernisation de la pêche côtière et artisanale a fait l’objet de discussions à Agadir entre représentants du département de la Pêche maritime et professionnels. Pour l’instant, il ne semble guère décoller. Peu de candidats se sont en effet manifestés car les mesures mises en œuvre ne sont pas assez incitatives, expliquent des professionnels. Reste que les opérateurs n’auront bientôt pour choix que de s’impliquer dans ce programme. Il y va de la validité des licences de pêche. En attendant, les opérateurs s’inquiètent de la mise en œuvre du programme de modernisation Safina. Celui-ci devait commencer en janvier 2009, mais à ce jour, il en est encore au stade de consultations (entre la tutelle et la FAO), au terme desquelles seront arrêtés les critères de modernisation de la flotte côtière. Auprès du ministère des Pêches, les responsables indiquent qu’un cahier des charges est en cours d’élaboration. Ils promettent le lancement du programme dans un mois environ.En attendant, les professionnels sont plutôt préoccupés par la survie et le maintien de leur activité. Aussi, la majorité des armements est incapable de dégager des liquidités suffisantes pour entamer la modernisation de leurs unités. Il n’en reste pas moins que, d’un segment à l’autre, la mise à niveau d’un grand nombre d’armements est incontournable. Le segment sardinier, qui compte 450 unités, a besoin de se renouveler et de se mettre aux normes par l’utilisation de contenants normalisés, passage obligé pour mieux valoriser les captures. Le segment chalutier est le plus avancé. La flottille de 550 unités a complètement été renouvelée. Toutefois, les faiblesses persistent dans l’utilisation des caisses en bois avec des répercussions sur une bonne conservation et salubrité des captures. Dans ce contexte, rappelons que les responsables du département de la Pêche sont aussi préoccupés par le dossier d’introduction de la caisse en plastique au niveau de la conservation à bord des bateaux et dans les circuits de débarquement et de commercialisation de la pêche côtière. Lancé en 2001 par l’Office national des pêches (ONP), ce projet est aujourd’hui réactivé dans un souci de salubrité et d’hygiène des produits de la mer. Parallèlement, il est indispensable d’encourager des pratiques de pêche responsables, car l’utilisation des engins de pêche prohibés continue dans les zones littorales. Au niveau du segment palangrier, dans lequel opèrent près de 100 bateaux espagnols et portugais dans le cadre de sociétés mixtes, il est nécessaire, de l’avis des professionnels, d’engager une sérieuse réforme des circuits de commercialisation, pour éviter toute concurrence déloyale, d’autant plus qu’il est soumis à la taxe de halle sans bénéficier de ses services.La stratégie élaborée par le ministère, qui ne tardera probablement pas à être dévoilée, apportera sûrement des réponses à tous les problèmes et doléances des opérateurs.


    Nouvelle halle

    Sur le port d’Agadir, la construction d’une nouvelle halle au poisson tant attendue, programmée pour 2010, devrait permettre une meilleure valorisation des captures. Plus stratégique est le projet de pôle de compétitivité régional de la pêche et de valorisation des produits de la mer à Agadir en cours d’autorisation. Il devrait permettre d’ancrer Agadir comme plateforme internationale de la pêche et de valoriser les produits de la mer en drainant vers elle des ressources du monde entier. Au programme également, la création d’un Fonds de développement de la pêche maritime de 120 millions de DH, inscrit dans la loi de Finances de l’année 2009. Les objectifs sont: l’appui à la recherche scientifique, la modernisation et la restructuration de la flotte, le renforcement de la lutte contre la pêche illicite non déclarée et non réglementée, l’appui au programme d’aménagement et de gestion durable des pêcheries et autres. M.A.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc