×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Dossiers

    LES CAHIERS DE L’EMERGENCE
    La BP résiste aux assauts de la concurrence

    Par L'Economiste | Edition N°:3034 Le 28/05/2009 | Partager

    . 1,4 milliard de DH de crédits débloqués en 2008Malgré un contexte économique et financier marqué par l’influence de la crise internationale, la Banque Populaire du Centre Sud a poursuivi son développement en collectant plus de 659 millions de dirhams de dépôts et en distribuant plus de 1,4 milliard de dirhams de crédits à l’économie. Ces réalisations ont permis de conforter la position régionale de la banque. Ainsi, en dépit d’une part de marché «agences» qui se situe à 22,9% à fin décembre 2008, la Banque Populaire du Centre-Sud a porté ses parts de marché ressources et emplois respectivement à 36,3 et 35,9%. Le portefeuille clients a été enrichi de 32.000 nouvelles relations: entreprises, particuliers locaux et «Marocains du Monde» (qualificatif marketing des MRE). C’est 58% de plus par rapport à l’exercice 2007. C’est le segment de la clientèle des particuliers qui enregistre la plus forte croissance, 60% en un an, soit 25.600 nouveaux comptes activés.Pour la BP Centre-Sud, l’exercice 2008 aura donc été un excellent cru, pour paraphraser le président de son directoire, Lbachir Benhmade. Les différentes réalisations ont contribué au développement du PNB de la BPCS qui compte plus de 600 millions de dirhams en progression de 14% par rapport à 2007 et un résultat net de plus de 200 millions de dirhams en progression de 61%.Contrairement à la tendance enregistrée sur le plan national, «les transferts des Marocains du Monde collectés par la banque se sont maintenus à un niveau appréciable», révèle Lbachir Benhmade. Pour l’instant, la BP régionale échappe donc au recul des envois de fonds par les MRE. A l’échelle du groupe, les transferts de la diaspora marocaine sont stratégiques. Ils représentent la moitié des ressources. La réforme du Crédit Populaire du Maroc et l’autonomie qu’elle a accordé aux banques régionales, a donné de nouvelles ambitions à la BP du Centre-Sud. A en croire le président de son directoire, «la banque a aujourd’hui plus de moyens pour mieux exercer sa vocation d’acteur de développement régional et participer ainsi, par la collecte de l’épargne et la distribution des crédits, à la promotion de sa zone d’action (Régions du Souss-Massa-Drâa et Guelmim Smara)».Cette promotion est renforcée par la mise en place d’une structure par marchés pour mieux identifier les attentes de la clientèle et améliorer le processus de décision. Ainsi, la refonte de l’organigramme par l’adoption d’une organisation par marchés conjuguée à la mise en place de centres d’affaires, a permis un meilleur recentrage sur le client.Au regard du potentiel agricole de son périmètre d’action, la Banque Populaire Centre-Sud entend être un acteur de premier ordre dans l’accompagnement du Plan Maroc vert. Pour rappel, le groupe BP avait annoncé la mobilisation de 20 milliards de dirhams dédiés aux programmes de ce plan. La concurrence est prévenue.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc