×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Dossiers

    Les bonnes affaires de la Bonne Année

    Par L'Economiste | Edition N°:159 Le 22/12/1994 | Partager

    L'argent circule en cette période de gratifications et de primes de fin d'année. Nombre d'entreprises et de magasins améliorent leurs ventes. Les adultes se défoulent dans la consommation et lors du réveillon. Les petits attendent le jouets d'un Père Noël qui a franchi toutes les frontières culturelles. Un tour d'horizon des affaires qui prospèrent.

    Magasins, boutiques, pâtisseries, traiteurs, librairies, hôtels, salons de coiffure et bien d'autres ont revêtu leurs habits de fête dès la mi-décembre. Ces bonshommes à la barbe blanche qui fascinent tant d'enfants arpentent depuis quelques jours les rues à qui veut prendre une photo avec eux.

    Au-delà de l'aspect religieux qu'ils revêtent pour les Chrétiens, les réveillons de Noël et du 31 décembre sont une occasion pour tous de faire la fête. A travers Noël et les légendes qui l'entourent, la communauté chrétienne célèbre en effet la lumière apportée par le Christ, le 31 décembre ne correspondant à aucune fête religieuse. Il s'agit uniquement du dernier jour de l'année que tout le monde peut saisir pour se retrouver entre amis, sortir, recevoir des cadeaux et en offrir et pourquoi pas pour voyager surtout que les offres des agences de voyages abondent en cette période.

    Pour ceux qui n'aiment pas rester à la maison, les hôtels ont conçu des soirées chaudement animées: spectacles, musique, magie et festins. Les nostalgiques pourront trouver leur bonheur à la Mamounia qui a retenu pour la soirée du 31 décembre le thème des années 50. La direction de l'hôtel a suggéré à sa clientèle de se vêtir style années 50 pour ne pas détonner avec l'ambiance.

    Guerre des étoiles

    Les esprits guerriers pourront, quant à eux, extérioriser leur agressivité au Black House, la discothèque du Hyatt Regency de Casablanca. Le réveillon s'y déroulera sous le thème de la guerre des étoiles et le service sera assuré par des cosmonautes. C'est à qui veut aller sur la Lune. Pour vous, enfants et adolescents qui tenez à accompagner vos parents, sachez que quelques hôtels ont pensé à vous cette année.

    Au Mansour Eddahbi à Marrakech, par exemple, une garderie a été spécialement aménagée pour "les petits loups". Ils y trouveront cinéma, dessins animés, jeux électroniques, enfin tout pour les émerveiller.

    Ceux qui resteront à la maison devront se contenter d'ouvrir les cadeaux que le Père Noël aura mis dans leurs bottes. Car en plus de l'Achoura, Noël est aussi l'occasion d'exiger des cadeaux de ses parents et de ses proches.

    Mais pas n'importe lesquels, puisqu'en fin d'année c'est surtout le haut de gamme qui marche le mieux à la déception des commerçants du jouet de "bataille", beaucoup plus prisé en période de l'Achoura. Les magasins de jouets de luxe se frottent donc les mains, car Noël leur permet de doper significativement leurs ventes. Poupées Barbie, dînettes, peluches, jeux électroniques et de société, voitures à batterie, motos Harley Davidson.... tel est le pays des merveilles des petits... mais aussi des grands qui affectionnent tout particulièrement les peluches.

    Le chocolat en maître

    Les plus gourmands se rendront volontiers chez les confiseurs. Là, le chocolat de luxe règne en maître. Tous les chocolatiers y ont mis du leur pour régaler et réjouir nos palais mais aussi nos yeux. Nouvelles formes, nouvelles saveurs, les professionnels ne se contentent plus de vendre du chocolat. Ils cherchent une forme, un goût, une couleur pour assurer la liaison entre le savoir-faire et le savoir-vendre.

    L'emballage prend de la vie. Les présentations habituelles côtoient des coffrets plus recherchés, des ballotins et même des mallettes surprises. La présentation dans les magasins fait elle aussi figure d'originalité, car le chocolat a également sa mode et ses collections consacrées par les fêtes de fin d'année.

    Autrefois, on l'achetait pour l'offrir, aujourd'hui c'est aussi pour sa consommation personnelle que l'on pousse les portes des confiseurs. Les fêtes de fin d'année connaissent traditionnellement une importante demande de chocolat. Les professionnels affirment que près de 80% des ventes sont réalisées en un mois avec un pic au cours des deux semaines entourant Noël et le jour de l'An.

    Pour la Compagnie Chérifienne de Chocolaterie célèbre pour sa gazelle, mascotte de la marque, comme pour la société Foods & Goods, le mois de décembre permet de consolider leur notoriété.

    En dépit de l'explosion des ventes qui marque cette période, l'enthousiasme n'est pas vraiment de mise dans la profession. Et pour cause, le carnet de commandes n'est pas aussi garni que celui de l'année dernière. La situation pourra toutefois changer lorsque le bilan de décembre sera arrêté.

    Pour les cadeaux beaucoup plus personnalisés tels que les parfums, et pourquoi pas les voitures, le choix d'une marque peut être guidé par les campagnes de communication qui se font de plus en plus nombreuses et agressives.

    Déductibilité des cadeaux

    Les férus d'écriture pourront aligner leurs voeux sur des cartes. Il y en a pour tous les goûts, de la plus sophistiquée à la plus ordinaire. Les coeurs charitables opteront plutôt pour les cartes Unicef.

    Les patrons d'entreprises accompagnent également les fêtes en offrant des cadeaux à leurs clients ou fournisseurs, selon leur importance, et en distribuant un pouvoir d'achat supplémentaire à leurs employés. Une compagnie d'assurances de la place affirme classer ses clients en trois catégories A, B et C.

    Les comptables ne doivent pas oublier de déduire les cadeaux du résultat imposable de l'entreprise s'il remplissent les deux conditions suivantes: être d'une valeur maximale de 100DH et porter soit le nom ou le sigle de l'entreprise, soit la marque de produits qu'elle fabrique ou dont elle fait le commerce.
    Pour ce qui est des "dons" au personnel, les employeurs doivent spécifier s'il s'agit d'une prime, d'une gratification ou d'un 13ème mois, car avec l'usage ces derniers deviennent... obligatoires.

    Hakima EL MARIKY

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc