×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Les assureurs préparent leur «Bâle II»

Par L'Economiste | Edition N°:2858 Le 11/09/2008 | Partager

. Le secteur renforce son dispositif prudentiel. Une meilleure cartographie des risques. De nouvelles exigences de solvabilitéC’est incontestablement l’un des plus gros projets de mise à niveau financière et comptable que le secteur des assurances ait connu depuis sa période d’assainissement. Ce projet, c’est celui du contrôle interne, qui mobilise opérateurs et tutelle depuis plusieurs mois. Un autre est en cours de préparation sur la solvabilité. Ces projets représentent quelque part pour les assureurs ce que Bâle II est pour les banques. Il sera visiblement question de renforcer le dispositif prudentiel en vigueur. Le Maroc se met ainsi en conformité avec des exigences internationales de meilleure maîtrise du risque, en particulier dans une conjoncture mondiale secouée par les crises financières. La plupart des pays européens se sont d’ailleurs inscrits dans le projet de Solvency II (voir encadré) qui permet de renforcer les règles de gestion des compagnies d’assurances. La Direction des assurances et de la prévoyance sociale (DAPS) a d’ores et déjà diffusé une circulaire, en date du 26 août, qui annonce la couleur. Les entreprises d’assurance et de réassurance y sont appelées à mettre en place un système de contrôle interne que la circulaire développe sur une quarantaine d’articles. «L’objectif est de renforcer la sécurité des opérations, ainsi que de garantir la solvabilité des entreprises d’assurances», commente Ramsès Arroub, PDG de Wafa Assurance. Concrètement, le contrôle de l’entreprise d’assurance concernera tous ses domaines d’activité, qui seront passés au peigne fin. Le texte prône la mise en œuvre de moyens conséquents, notamment dans la maîtrise des risques, ainsi que l’évaluation des résultats. L’article 20 de la circulaire accorde une attention particulière à l’évaluation des risques financiers, qui sera effectuée notamment à travers «des simulations de la variation des taux d’intérêt, et des cours boursiers, sur l’actif et le passif». Des attentions particulières devront être portées aux politiques de placements, de prêts, ainsi qu’aux risques de souscription et d’engagement. En outre, la circulaire prône des recommandations au niveau de la gestion des sinistres, de la réassurance, et même du risque informatique, qui doit être anticipé par un dispositif de sécurité satisfaisant par rapport aux normes technologiques ainsi qu’aux exigences de la profession. Les risques juridiques sont également ciblés. La société devra s’assurer de la fiabilité des actes juridiques engageant sa responsabilité, et éviter au maximum les lacunes ou autres imprécisions dans les contrats la liant à des tiers. La circulaire va encore plus loin, en demandant aux compagnies d’assurances d’identifier les risques pouvant être engendrés par des procédures inefficientes, des contrôles inadéquats, ou encore des erreurs humaines ou techniques ou autres fraudes et défaillances.Auprès du secteur, les opérateurs sont catégoriques, le chantier du contrôle interne devrait nécessiter plusieurs années pour son déploiement sur le terrain. Dans un premier temps, une phase d’observation préliminaire sera instaurée. Elle gravitera autour d’une cartographie des risques, afin de vérifier lesquels sont les plus récurrents. «J’espère que cela va donner des compagnies d’assurances encore plus sûres, avec toujours l’objectif final de sauvegarder les intérêts des assurés», précise le PDG de Wafa Assurance.


Des résultats impressionnants en 2007

Le secteur des assurances dispose d’une impressionnante force de frappe financière. Pour rappel, en 2007, le résultat net consolidé du secteur s’établit à 8,2 milliards de dirhams, presque 9 fois la performance de 2006 (961 millions de dirhams). Le chiffre d’affaires a atteint 17,66 milliards de dirhams contre 14,78 en 2006, soit une progression de 19,5% contre 12,26% l’année précédente. Sans oublier l’importance des provisions techniques (plus de 77 milliards de DH en 2007) qui font de ce secteur l’un des principaux animateurs de la Bourse.


Solvency II, un impact non maîtrisé?

Les conséquences de l’avènement des normes de Solvency II sont innombrables et encore mal anticipées. Mais les professionnels européens des assurances ont identifié trois principales:- Tarifer autrement les garanties: dès que l’ensemble des garanties incorporées se traduira directement par des exigences de capitaux complémentaires, il s’en suivra nécessairement une adaptation de la politique de tarification avec un pricing plus direct des garanties proposées.- Gérer dynamiquement le financement de l’entreprise: il est probable que, à terme, l’avènement de Solvency II se traduise par un arbitrage des besoins de financement, entre différentes activités et/ou différentes localisations dans le monde. Le recours à des montages financiers plus complexes (type titrisation, réassurance financière) est sans doute une tendance dont les professionnels prévoient le développement dans les prochaines années.- Grandir pour se diversifier: il s’agit probablement d’un élément déterminant qui présidera à la stratégie de croissance des grands groupes d’assurances. Cette stratégie consistera dans la diversification des risques pour réduire marginalement les besoins de capitaux propres. A. B.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc