×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Les argentiers se réunissent sur fond de choc pétrolier

    Par L'Economiste | Edition N°:1780 Le 01/06/2004 | Partager

    . Une flambée persistante des cours entraînerait une réduction de la croissance de 0,2%A partir d’aujourd’hui mardi 1er juin et jusqu’à demain, les ministres européens des Finances se retrouvent à Luxembourg sur fond de choc pétrolier qui risque de peser “lourd” sur leurs économies, une préoccupation qui reléguera au second plan leurs habituelles “passes d’armes” sur le pacte de stabilité. “Les grands argentiers de la zone euro, puis ceux de l’ensemble de l’Union européenne élargie, vont examiner l’évolution des cours du brut dans le cadre de leur analyse générale de la situation économique en Europe”, ont indiqué des sources européennes. Un compte rendu sur la réunion du G8, qui s’est tenue la semaine dernière, sera présenté aux ministres. A rappeler que ce groupement a fait pression sur l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) pour qu’elle relève sa production en vue d’apaiser les cours de l’or noir.Néanmoins, il est improbable qu’à l’issue de leur rencontre, qui aura lieu juste avant la réunion de l’Opep à Beyrouth jeudi prochain, les grands argentiers européens publient un communiqué spécifique pour accroître la pression sur le cartel. En effet, l’Opep a multiplié les signaux, laissant miroiter une hausse massive de sa production. Loyola de Palacio, commissaire européenne à l’Energie, avait prévenu récemment, dans une note d’information, que la flambée des cours du brut pourrait coûter “quelques dixièmes de points de croissance” à la zone euro. Elle avait demandé aux pays producteurs d’annoncer une hausse de la production. Selon cette note, “une augmentation des prix du pétrole de 25% (en euros) en 2004 est susceptible d’entraîner une réduction de la croissance de 0,2% dans la zone euro et une augmentation de l’inflation du même pourcentage”. Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc