×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Les américaines plus dynamiques que les européennes

Par L'Economiste | Edition N°:1931 Le 04/01/2005 | Partager

. La Coface identifie un environnement porteur en Amérique du NordL’indice mondial Coface des risque pays a stagné au cours des trois derniers mois, indique lundi l’assureur-crédit, qui note cependant “une évolution contrastée de l’environnement économique entre les entreprises des pays industrialisés et celle des pays émergents”, avec notamment une évolution négative de l’Allemagne. “Dans les pays industrialisés, l’écart se creuse entre les entreprises de la zone euro, qui souffrent d’une devise forte et d’une demande intérieure morose, et celles d’Amérique du Nord dont l’environnement économique reste porteur”, indique la Coface dans un communiqué. Ainsi le niveau des risques augmente en Europe occidentale (+8%), notamment en Allemagne dont la note A2 n’est plus assortie d’une surveillance positive. Pour l’assureur-crédit, “la croissance s’y poursuivra sur un rythme modéré” en 2005 : “les exportations devraient progresser moins rapidement en raison d’une stabilisation de la demande mondiale et de l’impact négatif de l’euro, tout en demeurant le moteur essentiel de l’activité”. “La fréquence des incidents de paiement a toutefois ralenti, illustrant l’amélioration de la situation financière des entreprises”, mais “essentiellement les entreprises exportatrices”, observe la Coface, qui estime que “la situation restera fragile dans un environnement peu porteur en 2005”. En revanche, dans les pays émergents, la situation des entreprises s’améliore encore, avec une diminution de l’indice de 2,7%. En particulier, l’indice des risques pays d’Europe centrale diminue de 3% grâce à l’évolution des notes des trois pays baltes (la note de l’Estonie passe de A3 à A2, celles de la Lettonie et de la Lituanie de A4 à A3), de la Serbie Monténégro (reclassée de D en C) et de la Bulgarie, dont la note B est placée sous surveillance positive.(AFP)

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc