×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Les accidents de la circulation : Un tué et 21 blessés toutes les trois heures

    Par L'Economiste | Edition N°:168 Le 23/02/1995 | Partager

    Malgré la baisse de vigilance des conducteurs, le mois de Ramadan devrait connaître une baisse du nombre d'accidents de la circulation. Ceci peut être expliqué par la réduction du volume du trafic en général. Le mois d'août reste le champion en matière d'accidents. La ruée vers les stations balnéaires ainsi que les rentrées massives des RME en sont les principales causes.


    41.821 accidents de la circulation, 2.828 accidents mortels, 3.359 tués, c'est ce que relèvent les statistiques de 1993 publiées par la Direction des Routes. Les chiffres de 1994 sont en cours d'analyse. Ils seront disponibles dans les jours qui viennent.
    Février est le mois où il y a eu le moins d'accidents (3.050 et 217 tués). Considéré comme le plus dangereux, le mois d'août a connu 4.131 accidents et 401 morts. Ceci s'explique par le volume du trafic qui augmente pendant cette période.
    Une répartition par type de jours montre que le jeudi suivi du lundi connaissent plus d'accidents que les autres jours avec successivement 6.151 et 6.101. Plus calmes pendant les week-ends, les chauffeurs font plus attention..

    D'un autre côté, les heures de pointe sont des moments critiques, elles connaissent les taux les plus élevés d'accidents de la circulation. Entre 18h et 19h, le nombre atteint les 3.277 accidents suivi par la tranche horaire entre 17h et 18h. Entre 3h et 4h du matin le risque d'accidents est beaucoup moins élevé. A cette heure de la nuit, le nombre d'accidents est de 325.
    concernant la répartition par région, la Wilaya du Grand Casablanca connaît le plus d'accidents, à savoir 14.709, ce qui représente près de 35% de l'ensemble des accidents au niveau national. Vient juste après la Wilaya de Rabat-Salé avec 3.296 accidents. En dernières positions, on trouve les provinces de l'extrême sud du Maroc telles que Boujdour, Oued Eddahab ou Smara qui connaissent successivement 14, 15 et 20 accidents de la circulation par an avec bien évidemment des taux de mortalité plus faibles.

    15.000 morts en cinq ans


    Plus globalement, au cours des cinq dernières années, plus de 15.000 personnes ont été tuées et 267.750 autres blessées. En d'autres termes, il ne se passe pas un jour sans qu'il n'y ait en moyenne 9 tués et 169 blessés (soit 1 tué et 21 blessés toutes les trois heures).
    Dans l'ensemble, ces statistiques peuvent effrayer le conducteur. Les piétons sont également concernés par le problème, dans le sens où ils participent fortement à la survenance de certains accidents. Et ils en sont souvent les premières victimes.
    Selon des études élaborées par des organismes spécialisés, il ressort que plusieurs facteurs sont à l'origine des accidents.
    Même s'il existe parfois des facteurs d'environnement indépendants de la responsabilité des personnes, la majorité des accidents de la circulation, est due à une faute d'origine humaine.

    Mentalité du conducteur


    Le manque d'attention, le non-respect de la priorité à droite et l'excès de vitesse constituent les principales causes relevées.
    En réalité, il s'agit beaucoup plus d'un problème psychique au regard de certains enquêteurs en matière d'accidents de la circulation. Chaque conducteur reflète une catégorie sociale qu'il cherche à défendre à travers sa manière de conduire, soulignent des enquêteurs. A titre d'exemple, une personne qui est au volant d'une voiture neuve et robuste ne veut pas se laisser doubler par quelqu'un d'autre qui conduit une voiture plus populaire, est-il constaté. Encore plus, il tente souvent de dépasser sur la route toute voiture de qualité inférieure. D'autres exemples dans ce sens peuvent être cités. Il s'agit donc d'un problème beaucoup plus complexe et difficile à résoudre qui dissimule l'instinct naturel de l'homme et une mentalité particulière.

    Hicham RAIQ






    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc