×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Dossiers

    L'entreprise marocaine en crise de leadership
    Par M'hamed DRISSI, Ph.D (*)

    Par L'Economiste | Edition N°:1719 Le 05/03/2004 | Partager

    A l'instar des pays en voie de développement, le Maroc traverse actuellement une crise de changement due à l'impact de la mondialisation socio-économique et culturelle. Ceci est d'autant vrai que la majorité de nos compatriotes, récemment affectés par ce changement, sont habitués à une vie modeste et presque ascétique: ils préfèrent la tranquillité d'esprit à tout challenge exigeant d'eux un quelconque risque d'entreprendre pour faire face aux défis du 21e siècle.Certains mêmes se résignent à subir les conséquences du changement de ce début de siècle sans la moindre réplique, en attendant nous ne savons quel miracle qui viendrait les délivrer du joug de la globalisation qui n'épargne aucun aspect de notre vie quotidienne. A une époque où tout évolue rapidement et où le rythme des progrès technologiques transforme notre façon de faire et de concevoir les choses, ce phénomène a presque tendance à remettre en cause la conception de notre vie traditionnelle si chère à nos ancêtres qui en faisaient une grande fierté à travers les âges.Mais c'est au sein de l'entreprise marocaine que la crise est crûment manifeste. En effet, cette entreprise vit actuellement une véritable révolution planétaire, sans le vouloir et sans y être préparée: la révolution de l'information et l'accélération des innovations technologiques qui touchent aussi bien les individus que les structures, les institutions, les modes de raisonnement et les logistiques de comportement.Ce changement auquel notre entreprise n'est pas du tout accoutumée continue, au fil des années, à créer de nouvelles barrières organisationnelles telles que l'incapacité de nos entrepreneurs d'affronter l'innovation progressive imposée par leurs partenaires occidentaux au niveau de toutes les activités industrielles, économiques et commerciales, et l'absence de perspectives quant aux besoins en logistiques futures. Si cette carence persiste, elle mettra inéluctablement l'entreprise marocaine en positon de faiblesse: les multiples difficultés qu'elle vit actuellement n'en sont que des manifestations les plus visibles. Pour s'adapter à ce changement, cette entreprise devra investir suffisamment dans le capital humain, en lui assurant une formation moderne et continue. Et cela, si elle veut être prête à réagir avec rapidité à cette situation mouvante et éviter le risque de rester en dehors de la concurrence mondiale qui s'installe de force dans notre pays. En fait, la réussite durable de toute entreprise suppose une bonne adéquation entre activité et organisation et une gestion stratégique de son capital humain pour qu'elle puisse créer et développer un leadership. Le but étant de préparer et de former une nouvelle génération de responsables capables de faire face aux défis de la mondialisation.L'on ne peut donc parler de développement et encore moins de modernisation de l'entreprise marocaine, dans l'état actuel des choses, qu'en mettant en place un mode de management moderne, basé sur un leadership efficace qui lui permettra de relever le défi de la compétitivité. Et par là de s'aligner sur les réalités imposées par l'environnement international afin qu'elle puisse affronter les aléas du siècle. En effet, la complexité et les mutations profondes qui caractérisent ce début de siècle nous obligent aujourd'hui à remettre à plat nos certitudes et, partant, à revoir nos convictions et nos méthodes de travail. La performance et la réussite d'une entreprise ne s'acquièrent aujourd'hui que par le développement d'un leadership, au niveau des différents paliers de la hiérarchie, et le recrutement de managers charismatiques qui manifestent le sens de la direction. Une qualité dont l'entreprise a plus besoin qu'auparavant pour assurer sa pérennité dans un contexte où l'esprit innovateur devient la clé du succès. Et où les parties prenantes (personnel, clientèle, partenaires commerciaux, collectivités locales…) doutent encore des compétences des dirigeants de nos organisations et institutions nationales et de leur aptitude à conduire le changement, et à répondre aux exigences de compétitivités actuelles et futures.Lieu privilégié d'émancipation des individus et de développement de l'esprit critique, l'entreprise est un instrument qui permet de réduire les inégalités entre les employés en leur assurant une formation professionnelle offrant l'opportunité aux plus méritants de montrer leurs compétences professionnelles et créatives. C'est pourquoi cette entreprise doit être conduite à favoriser le développement d'un leadership commercial et technique générateur de profit et garantissant sa pérennité. Notre entreprise doit donc favoriser la culture de leadership à tous les niveaux hiérarchiques en encourageant son personnel par la motivation. Ainsi, elle peut exploiter les multiples talents de ses ressources humaines pour assurer leur gestion d'une manière efficace et attrayante. Pour ce faire, elle aura besoin de dirigeants modernistes, possédant des compétences personnelles, relationnelles, conceptuelles, managériales et techniques, ayant le sens des responsabilités et faisant preuve d'engagement. Le but est de se préoccuper de la qualité du travail et de l'amélioration du rendement et de la productivité, conditions clés de survie. Faute de quoi, elle s'exposera tôt ou tard à la disparition car nous sommes désormais dans un monde sans frontières.Il appartient en conséquence à nos chefs d'entreprises, de concert avec les instances gouvernementales habilitées, de promouvoir une pratique nouvelle de leadership qui privilégie la participation au lieu de l'exclusion, la responsabilisation au lieu du dirigisme et les qualités humaines au lieu du culte de la personnalité. Ceci doit passer par la concrétisation rapide des différentes réformes de mise à niveau de l'entreprise marocaine et la préparation d'un environnement économique et juridique favorable. Il s'agit notamment de la mise en place du code du travail, et des textes d'application y afférents et l'intégration des principes de la bonne gouvernance afin de renforcer le dialogue et garantir l'efficacité et la qualité de service et de production.Le Maroc dispose d'hommes et de femmes compétents, capables de prendre des initiatives courageuses. Et ceci une fois libérés de leurs complexes dus notamment à certaines mentalités qui sévissent encore et dont il faut vite nous débarrasser. Il suffit, à notre sens, de multiplier, à moyen terme, la diffusion des émissions de sensibilisation destinées à l'ensemble de la population à travers les moyens audiovisuels et de programmer, à long terme, une éducation civique au profit de nos jeunes écoliers, en prenant soin à ce qu'elle soit attrayante et non rébarbative, tenant compte des spécificités de notre société.Dans le même ordre d'idées, nous pouvons également envisager pour notre élite, qu'elle soit résidente à l'étranger ou encore parmi nous, la création et le développement d'un réseau de jeunes Marocains diplômés, dans le but de perfectionner leurs compétences: chaque année, les plus brillants d'entre eux, en phase de devenir leaders, recevront une formation axée sur un programme de perfectionnement en leadership et d'études de la politique publique. Armés des techniques de gestion et de leur formation initiale de base, ils sauront, au sein des secteurs privé et public, à même de relever les défis du nouveau siècle et de tenir les engagements du Maroc vis-à-vis de ses partenaires occidentaux, ceux du monde arabe et d'ailleurs.Cette formation en matière de management moderne donnera à nos dirigeants en herbe l'occasion de mieux connaître les enjeux Marocains et d'élaborer des politiques innovatrices, tendant à améliorer la qualité du travail, du service et du produit. Basée notamment sur l'utilisation intensive et systématique des nouvelles techniques de l'information et de la négociation, cette formation appropriée, loin de tout endoctrinement, aidera, sans aucun doute, nos futurs dirigeants et jeunes leaders à découvrir la diversité des Marocains ainsi que les valeurs qu'ils partagent et qui les unissent. L'objectif étant de développer leurs aptitudes en direction des affaires publiques et privées, dans le Maroc nouveau.


    Meneur d'hommes

    Le leadership est la capacité du manager (meneur d'hommes) d'influencer le comportement des subordonnés afin de les mener sur le chemin qui conduit au but. Il utilise pour cela les modèles cognitifs de la motivation pour que chaque individu fasse des efforts en fonction de sa perception et de ses capacités. Ce leadership est nécessaire aujourd'hui à toute entreprise soucieuse de réaliser une performance durable et de relever les défis économiques, sociaux, et environnementaux de ce monde de changement. Son absence risque d'engendrer des retombées négatives sur l'un des facteurs déterminants du travail, en l'occurrence la motivation.«La réussite durable de toute entreprise suppose une bonne adéquation entre activité et organisation et une gestion stratégique de son capital humain pour qu'elle puisse créer et développer un leadership. Le but étant de préparer et de former une nouvelle géné-ration de responsables capables de faire face aux défis de la mondialisation« (*) Chercheur en économie spatiale

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc