×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

L'entreprise citoyenne primée

Par L'Economiste | Edition N°:1600 Le 12/09/2003 | Partager

La Chambre de Commerce américaine au Maroc (AmCham) et la Confédération générale des entreprises marocaines (CGEM) ont présenté hier le prix “AmCham-CGEM de l'entreprise citoyenne 2003”. Cette édition inaugure la quatrième année de partenariat entre l'AmCham et la CGEM. Et ce, en vue de récompenser les entreprises américaines et marocaines pour leurs pratiques commerciales exemplaires, leur innovation, et leur comportement citoyen. Les critères de sélection du prix AmCham-CGEM de l'entreprise citoyenne sont au nombre de quatre. D'abord, la relation de l'entreprise et ses clients: approche marketing. Puis relation entre l'entreprise et son personnel: formation sociale.Ensuite la gouvernance de l'entreprise. Ce qui revient à l'évaluation du management de la société. Enfin, et c'est un critère qui revêt une importance particulière, la relation avec la communauté. Le prix, qui sera décerné à l'occasion du bal annuel de l'AmCham le 6 décembre prochain, récompense les entreprises établies au Maroc pour leur engagement citoyen à l'égard de leurs différents partenaires en matière de gouvernance, de droits de l'homme et de l'employé, de la protection de l'environnement et de la déontologie. Pour Laurence R. Dewitt Président de l'AmCham,“ce prix sert non seulement à récompenser les entreprises méritantes mais aussi à montrer le progrès de certaines ou corriger et améliorer le fonctionnement d'autres”. De son côté, Rachid Belkahia, président de la commission d'éthique de la CGEM, indique que la Confédération se félicite de ce partenariat, “qui est un élargissement du spectre des entreprises intéressées par le concept de la citoyenneté.” Aujourd'hui, c'est une croissance forte et soutenue qu'il faut. Celle-ci ne peut venir que de l'entreprise. Pour Belkahia, “ les autorités publiques se doivent de la coacher”. Dans ce contexte, la citoyenneté d'une entité peut faire sa force. Son personnel peut être son levier. Aussi, l'idée de “ gagner tout seul ” est quelque peu révolue, ajoute Belkahia. Pour une réussite et un gain accompli, il faut des partenariats et des alliances afin que le profit soit généralisé.H. B.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc