×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Enquête

    L'enquête de la CFCIM sur les salaires : Les avantages annexes au salaire en extension

    Par L'Economiste | Edition N°:215 Le 01/02/1996 | Partager


    Les entreprises accordent de plus en plus d'importance aux avantages sociaux. En effet, l'octroi du 13ème mois et l'affiliation à la CIMR commencent à concerner l'ensemble du personnel des entreprises. Une enquête sur les salaires réalisée par la CFCIM a permis de faire le point sur le sujet.


    "Les entreprises accordent de plus en plus d'avantages sociaux". Cette constatation ressort de l'enquête sur les salaires de 1995, réalisée récemment par la Chambre Française de Commerce et d'Industrie. Les résultats de l'étude, qui a ciblé toutes les catégories professionnelles, ont été publiés dans la revue mensuelle Conjoncture. Les avantages sociaux ciblés par l'enquête sont représentés par les indemnités annexes accordées par les entreprises: 13ème mois, indemnités diverses, primes liées à l'activité, intéressement au résultat de fin d'année ainsi que les avantages externes ou sociaux.
    Tout d'abord concernant le 13ème mois, 65% des entreprises interrogées ont déclaré avoir généralisé cette indemnité à leurs employés. Sur ce total, 55% ont déclaré avoir étendu le 13ème mois aux ouvriers. Une tendance à la hausse a également été observée pour les avantages externes ou sociaux accordés par les entreprises: CIMR, mutuelle, mutuelle complémentaire, prêts à la construction. Pour la CIMR, la progression a été de 3%: 75% des réponses en 1995 contre 72% en 1994. L'évolution a concerné tous les secteurs d'activité qui ont répondu à l'enquête. Toutefois, l'augmentation la plus spectaculaire est à mettre à l'actif du secteur du "textile, cuir". Ce secteur, qui n'accordait des avantages sociaux qu'à hauteur de 10% en 1994, est passé à 50% en 1995.
    Autre avantage social de plus en plus pris en compte par les entreprises: les indemnités ou remboursement de frais. L'enquête en a retenu cinq types:
    -indemnités de logement;
    -indemnités de congés;
    -indemnités kilométriques;
    -indemnités de transport;
    -indemnités de panier.

    Globalement, ces indemnités ont représenté en 1995 16% de la masse salariale. Par ordre d'importance, les indemnités de transport arrivent en premier: 71% des réponses, suivies des indemnités kilométriques: 53% des réponses, et des indemnités de panier: 48% des réponses.
    Par secteur, c'est l'"imprimerie, édition, informatique" qui a accordé le plus d'indemnités à ses salariés en 1995. En revanche, le "textile, cuir" et le "commerce" en ont attribué le moins.
    S'agissant des primes liées à l'activité, 42% des entreprises interrogées ont déclaré avoir un système de primes à la production et 47% ont déclaré avoir d'autres types de primes qui s'ajoutent aux précédentes: primes de propreté, de qualité...
    Par ailleurs, l'intéressement, un des autres types d'indemnités retenues dans le cadre de l'enquête, est adopté par 47% des entreprises interrogées.

    Evolution des salaires


    S'agissant des salaires, des augmentations ont concerné toutes les catégories professionnelles.
    Mais l'évolution la plus remarquée est celle des salaires des ouvriers qualifiés et des secrétaires. Chez ces deux catégories, les salaires moyens en 1995(1) ont atteint respectivement 3.025 et 5.127 dirhams, soit, pour chaque catégorie, une progression de 6,5 % par rapport à 1994.
    En troisième position, on retrouve les ouvriers spécialisés. Pour cette catégorie, les salaires ont varié positivement de 5,8% par rapport à 1994. Alors que le niveau de salaire moyen a été en 1995 de l'ordre de 2.818 Dirhams. Puis arrivent les employés: 4,9% et 3.530 Dirhams de salaire moyen, les contremaîtres et agents de maîtrise: 3,6% et 7.440 Dirhams de salaire moyen.
    En revanche, chez les autres catégories professionnelles, l'évolution des salaires moyens a été timide. Tout d'abord chez les ouvriers temporaires: 0,2% et 1.741 Dirhams de salaire moyen. Ensuite, chez les cadres et ingénieurs, avec respectivement 2,8% et 1,7% et niveaux de salaires de l'ordre de 17.330 et 19.451 Dirhams.
    L'enquête (2) a également permis d'identifier, pour chaque catégorie, les secteurs qui rémunèrent le plus et le moins. Ainsi pour les ouvriers temporaires, les secteurs qui payent le mieux sont le "commerce", les "industries métallurgiques et biens d'Equipements" et le "textile et cuir". Le secteur qui paye le moins est représenté par l'"imprimerie, édition, informatique". C'est pourtant ce secteur qui paye le mieux les employés ainsi que les contremaîtres et agents de maîtrise. Les ouvriers spécialisés et qualifiés sont mieux rémunérés respectivement par les secteurs "commerce"; "mines, énergie, bâtiment" et "chimie, parachimie".
    Pour les secrétaires et pour les cadres, le secteur qui paye le mieux est celui des services. Pour les ingénieurs, c'est le secteur des "mines, énergie, bâtiments".
    Enfin, s'agissant des prévisions 1996, la moyenne des augmentations prévues est de 5%.


    Mohamed BENABID.

    (1) salaire mensuel avant cotisation sociale et IGR.
    2) L'enquête a ciblé un échantillon de 721 entreprises membres de la CFCIM et dont le chiffre d'affaires dépasse 5 millions de Dirhams. Les 72 entreprises ayant répondu appartiennent aux secteurs suivants:
    -Services
    -Chimie Parachimie;
    -IMME;
    -Textile, cuir;
    -Commercial;
    -Imprimerie, édition, informatique;
    -Agro-alimentaire et agriculture;
    -Electricité électronique:
    -Autres.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc