×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique

Législatives J-4
Ghellab sort sa strat’ de campagne

Par L'Economiste | Edition N°:2601 Le 03/09/2007 | Partager

. Site web, films, brochures… le marketing électoral déployé. Sbata-Ben Msick: 24 listes pour 2 sièges. Le chômage: défi numéro 1Serein, mais déterminé à vaincre et surtout convaincre l’électorat. C’est en substance le constat qui se dégage de la première sortie en campagne électorale de Karim Ghellab dans la circonscription populaire de Ben Msick, à Casablanca. Au-delà de sa candidature, Ghellab confie: «Ma philosophie dans la vie a toujours été de donner le meilleur de moi-même avec bonne foi», tient-il à préciser confiant et sûr de lui. «Contrairement à ce que l’on pense, Sbata est certainement l’une des circonscriptions les plus difficiles», tient à signaler la tête de liste de l’Istiqlal. En effet, Sbata-Ben Msick représente 285.879 habitants, quelque 173.000 électeurs sur une superficie de 7,2 km2.La course est très serrée à Sbata-Ben Msick: 24 listes pour 2 sièges seulement! Le défi numéro 1 est incontestablement le taux de chômage dans cette circonscription: Alors que la moyenne nationale est en deçà des 10%, dans cette zone, elle dépasse les 20%, soutient Ghellab. Pour lui, l’enjeu est de parvenir aux mêmes proportions nationales et attirer l’INDH à Ben Msick. «L’INDH, c’est bien, mais quelle est la part qui revient à notre zone?». Pour la population locale, le changement nécessite de grandes réalisations. Les électeurs font encore la confusion et prennent les législatives pour des communales. En face de lui, Ghellab reconnaît qu’il a des candidats redoutables sans les nommer. Son staff cite surtout les candidats du PJD, de l’USFP et de l’UC.Depuis vendredi dernier, c’est la course contre la montre. «La vitesse de croisière de la campagne démarre dès le week-end. Le temps est donc à la mobilisation générale», précise Ghellab. Tenue décontractée, la tête de liste donne ses directives chaque jour dans le QG, siège central du Conseil provincial du parti, sis boulevard El Harti. Il opère par plan urbain, zoning, découpage et zoome des points d’ancrage, quartier par quartier. Le candidat est relayé par 68 cellules de travail dans différentes «zones d’influence». Lesquelles sont représentées par une dizaine de sièges centraux et une vingtaine de sièges secondaires.Ghellab fait valoir son staff électoral chapeauté par un directeur de campagne et coaché par deux agences conseil en communication (AWB et Obvision). A la place des tracts classiques, Ghellab innove et distribue des dépliants et brochures à son effigie. Les affiches placardées montrent un Ghellab sûr de lui, souriant en polo rose pâle, muni de son casque de chantier. C’est donc sur l’image de la jeunesse, de l’ingénieur-bâtisseur de chantiers structurants que le candidat istiqlalien focalise sa campagne électorale.Fort de sa double casquette, ministre de l’Equipement et du Transport et maire de Sbata, Ghellab fait valoir le bilan de 5 ans à la tête d’un département qui incarne indéniablement la politique des grands chantiers du gouvernement sortant. Son statut de président de l’arrondissement de Sbata est un autre argument qu’il exploite en sa faveur. «Je suis à mi–chemin de mon mandat à Sbata avec 22 km de voiries achevés en 4 ans et plus de 50% des réalisations. Au total, 75 millions de DH d’investissements ont été injectés».A ceux qui lui reprochent ses rares apparitions à Sbata, il rétorque qu’il s’y rend régulièrement pendant 4 ans au moins une fois par quinzaine eu égard à ses engagements au ministère. D’ailleurs, «j’ai un staff compétent qui me représente et auquel je délègue la gestion au quotidien». En plus d’un site web (karimghellab.net), le candidat appuie son discours par 3 livrets: un bilan local avec programme et engagements dans la circonscription, un programme national avec bilan ministériel et un document intitulé: «Qui est Karim Ghellab», son parcours, l’homme, ses valeurs, pourquoi voter pour lui…? Pas de littérature, le candidat s’engage sur 9 axes au niveau local: «emploi, habitat, projets socioculturels, mosquées, santé, urbanisme, sécurité, gouvernance…»La stratégie de campagne du candidat sur le terrain repose sur un mode opératoire différent: des panels, à raison de 4 par jour, dans des quartiers difficiles. Des mini-meetings dans les foyers auprès de focus groupes de femmes, de jeunes, d’hommes... Dans les rencontres à domicile, la star des Istiqlaliens projette 2 films suivis de débats adaptés à la cible. Le tout accompagné d’un verre de thè à la menthe et de gâteaux. La tradition veut que le partage d’un repas soit un gage d’engagement, mieux un pacte moral. Amin RBOUB

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc