×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Politique

Législatives J-2
Un artiste en campagne!

Par L'Economiste | Edition N°:2603 Le 05/09/2007 | Partager

. Le chanteur populaire «Ould Bouazzaoui» défend les couleurs du Parti de l’Environnement. Berrechid: trois sièges à pourvoirSalah Bouazzaoui Amras a mis de côté son luth pour se jeter dans la bataille électorale. Eh oui! Amras n’est autre que Salah Ould Bouazzaoui de la célèbre troupe de chant populaire du même nom.En se présentant aux législatives, Salah est de fait devenu le seul artiste à prendre part à ces élections. Tête de liste du Parti de l’environnement et du développement (PED) de l’ex-ministre de la Santé, Ahmed Alami, Salah Bouazzaoui, 47 ans, a choisi la circonscription de Berrechid. Trois sièges sont à y pourvoir. Et la concurrence est rude. Salah a en face de lui l’homme d’affaires et industriel, Chafik Rachadi. Ce dernier est tête de liste du Rassemblement national des indépendants (RNI). Comment se déroule la campagne de l’artiste-candidat? Simplement dans la bonne ambiance. Youyous et tambourins rythment la cadence de la campagne. Les gens, nombreux à suivre le cortège, alternent slogans politiques et… musique. Une campagne en musique! Quoi de plus original. Le candidat sillonne les rues des quartiers d’El Gara où il est né. Partout, c’est le même accueil: accolades et embrassades. Le candidat est célèbre. On l’appelle par son prénom et on l’invite à prendre un verre de thé. El Gara, c’est son fief.Pourquoi se présente-t-il? «Il est plus que temps que cette ville ait des responsables qui sauront défendre ses intérêts plutôt que les leurs», dira Salah Bouazzaoui. Avec un bac+2 en lettres, Salah a su développer une communication de proximité essentiellement basée sur le contact direct avec les citoyens. «C’est cela qui nous a toujours manqué dans notre ville. Les candidats, une fois élus, disparaissent de la circulation pour ne refaire surface que cinq années après», affirme-t-il. En attendant, la ville «reste à l’abandon». Certes, «ce n’est pas le boulot du député, mais plutôt celui de l’élu communal, mais ce n’est pas une raison pour ne pas s’occuper de sa ville», souligne Salah.La tournée se poursuit au même rythme. Le candidat s’arrête chez le marchand de pastèques avant de serrer la main de l’épicier du coin ou du mécanicien. On crie son nom, on tient à le saluer et à lui dire «tu peux compter sur nous». En chemise à manches courtes et pantalon en tissu aux plis impeccables, le candidat Salah Bouazzaoui n’a pas le temps de souffler. Ce jour-là, c’est son fief d’El Gara qu’il doit couvrir. Il parcourt les kilomètres à la tête de la foule qui l’accompagne et qui n’arrête pas de scander son nom et aussi celui de son parti. Ce dernier, né de la scission avec le Parti national démocratique (PND) d’Abdallah Kadiri, prône «une politique environnementale sociale» basée sur «la défense et la protection des ressources naturelles conformément au concept du développement durable». Il est 17 h. Le candidat n’a pas encore achevé la tournée de ce vendredi 31 août. Et pour cause, il se devait aussi de parler du programme de son parti, de l’expliquer aux citoyens qui l’interpellent. Il est vrai que cette formation politique est peu connue. C’est pourquoi le candidat Salah Bouazzaoui s’évertue, avec un large sourire, à faire aussi la promotion de son parti. Un exercice qu’il maîtrise, parce qu’il a consacré beaucoup de temps à étudier ce programme, à le décortiquer. Il dira, par exemple, à ses interlocuteurs que son parti a élaboré un «projet de société qui se base sur les principes de défense de la monarchie constitutionnelle, la démocratie moderne et sociale, la défense des droits humains, notamment en matière de santé, d’éducation, d’habitat, d’emploi…» Salah Bouazzaoui Amras parlera également de la promotion des jeunes, de la lutte contre les inégalités sociales et d’équité entre les hommes et les femmes. La lutte contre la corruption, la violence et le terrorisme sont autant de sujets qui font l’objet de débats, même courts, entre le candidat Salah Bouazzaoui et ses concitoyens. L’élément humain revient souvent dans le discours du candidat Ould Bouazzaoui. Selon lui, il est «nécessaire d’instaurer une démocratie participative et sociale, une solidarité nationale concrète et effective basée sur les principes de l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH)». La région, sans être véritablement pauvre, n’en demeure pas moins à faibles revenus. Région agricole par excellence, elle n’est pourtant pas une région des grands chantiers agricoles. Encore moins industriels. En période de sécheresse, les habitants ont du mal à joindre les deux bouts. L’agriculture y reste traditionnelle. L’élevage n’y est pas suffisamment développé et l’industrie n’y existe même pas.


Sièges serrés

Trois sièges sont à pourvoir dans la circonscription de Berrechid. De sérieux prétendants se présentent face à Salah Bouazzaoui. Il s’agit notamment de Chafik Rachadi (RNI), d’Abdallah Kadiri (PND), Mustapaha Jabrane (P.I) et Abdelhak Bouziane (USFP). Des chances égales pour tous les candidats, dit-on. A rappeler que cette vaste circonscription compte 164.000 électeurs pour une population de 250.000 personnes. Jamal Eddine HERRADI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc