×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Politique

Législatives J-2
Le PPS mise sur les femmes

Par L'Economiste | Edition N°:2603 Le 05/09/2007 | Partager

. Trois candidates dans la circonscription de GuélizFemmes, je vous aime! On peut dire que c’est le cas pour le Parti du progrès et du socialisme (PPS) qui a décidé de faire confiance à la gente féminine. Ainsi, dans la circonscription de Guéliz, trois dames sont désignées pour défendre les couleurs du parti. Wafa Toughai (tête de liste) a de solides prétentions pour un fauteuil parlementaire. Ses dauphines sont Bouchra Dalil, fonctionnaire et Sanae Amrani Amin, étudiante en préparation d’un master tourisme. A noter aussi que des artistes sont aussi candidats sous la bannière du PPS. Il s’agit de Hassan Hanouch, scénariste du théâtre, candidat tête de liste pour la médina et Ahmed Garchoum pour la circonscription de la Ménara.«La partie ne sera pas facile», souligne Omar Lamouasni, coordonnateur du parti. En effet, dans la circonscription de Guéliz, de grosses pointures représentant des partis rivaux sont en lice. Rappelons que la circonscription abrite 165.000 votants inscrits avec 6 arrondissements urbains et 6 centres ruraux. Ainsi, outre la ville, Guéliz comprend des zones comme Ouled Dlim, Kettara, El-Ouidane, Nakhil et Harbil. Ici, 21 listes se présentent pour un total de 63 candidats. La plupart sont rôdés aux élections communales et législatives à l’instar de My M’Hamed Khalifa du Parti de l’Istiqlal ou encore Abderrafie Jouahri de l’USFP. A quelques exceptions près, tous les candidats sont déjà connus et aguerris aux campagnes électorales. «C’est un gros challenge, mais cela ne nous fait pas peur. Nous avons nos points forts comme ils ont leurs faiblesses», affirme Wafa Toughai. Les dés sont ainsi jetés. Pourtant, jusqu’au dernier moment, le PPS était réticent pour des candidatures dans les 3 circonscriptions de la ville. En effet, à deux mois de la campagne, Marrakech faisait partie des 15 circonscriptions que le parti hésitait à couvrir. Mais finalement, la section locale a su faire pencher la balance en accréditant des femmes pour le Guéliz et des artistes pour la médina. Au QG du parti, Wafa Toughai semble confiante. Depuis le début de la campagne, cette quadragénaire parcourt la circonscription zone par zone. Un planning qu’elle revoit au fur et à mesure, en fonction des impératifs du jour. En tout cas, elle a l’intention «de se battre jusqu’au bout». Professeur de français dans un lycée, membre actif dans l’organisation Pana-africaine de lutte contre le Sida, elle est aussi derrière la création d’un mouvement de clubs de jeunesse dans les lycées. Aussi, Wafa s’est entourée pour sa campagne de nombreux jeunes, dont la plupart sont d’anciens élèves. D’ailleurs, c’est l’un d’entre eux qui s’est chargé de sa communication en mettant en ligne un site web et un CD. Ses élèves l’accompagnent dans ses porte-à-porte. «Malgré ses modestes budgets, le parti m’a fortement soutenue», reconnaît-elle.


Rude concurrence

21 listes en compétition pour la circonscription de Guéliz Nakhil. Face à la liste féminine du PPS, on trouve de vieux «routiers» de la politique comme Abdellah Rafouche, de l’Union constitutionnelle (UC) et Abdelaziz Cherkaoui, du Rassemblement national des indépendants (RNI). En lice également, Brahim Tabel, du Parti travailliste (PT) et du Abdessalam Segouri sous les couleurs du Parti de la justice et du développement (PJD). Badra BERRISSOULE

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc