×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique

Législatives J-10
Casablanca: Grande mêlée à Hay Hassani

Par L'Economiste | Edition N°:2598 Le 29/08/2007 | Partager

. VCD, DVD, sites Web, centre d’appels… des candidats innovent. L’USFP tient un briefing et des reportings quotidiens. Achats de voix, dons en nature, certificats… messes basses dénoncéesBranle-bas de combat continu dans la circonscription de Hay Hassani, à Casablanca. Les candidats, aussi bien les têtes d’affiche que les nouveaux prétendants, ne se font pas de cadeau. Baptisée la circonscription de la mort, Hay Hassani compte 18 listes électorales et fait l’objet de toutes les convoitises. Certains candidats n’ont pas encore effectué leur sortie. Ils préfèrent tâter le pouls avant et susciter l’attente, voire l’intérêt des électeurs, dit-on. Eu égard aux profils des candidats, la campagne promet d’être houleuse. D’ores et déjà, l’on parle de messes basses dans cette circonscription: l’achat de voix, certificats médicaux, dons en nature (huile, sucre, farine…). Les rabatteurs se bousculent au portillon et proposent leurs services. Fort de quelque 323.000 habitants (Recensement de 2004) sur 27 kilomètres, Hay Hassani est l’une des plus grandes circonscriptions électorales de la métropole économique. Le nombre d’électeurs inscrits dépasse les 150.000, dont 77.860 hommes et 73.188 femmes. Sur boulevard Afghanistan, artère principale de la circonscription, les allures de campagne ont bel et bien commencé. Les militants et chefs de campagne, tous partis confondus, se croisent. Sur place, le constat est unanime: «Le PJD et l’USFP sont les deux structures qui se démarquent avec une machine électorale bien huilée et de l’agressivité au quotidien». La compétition sera poussée au paroxysme, prévient-on.Le parti islamiste était le premier, dimanche, à sortir en festival dans un stade à El Oulfa. Un meeting pour annoncer le lancement de la campagne, remonter le moral des candidats et appuyer le secrétaire général face à des candidats redoutables. Dans la rue, Saâdeddine Othmani, tête de liste, s’affiche avec un keffieh palestinien et se fait accompagner par deux autres candidats, un docteur et un ingénieur. Côté USFP, le team Me Mohamed Karam (tête de liste), Omar Rharbaoui, ancien cadre de CFG, l’un des architectes du programme électoral et actuel directeur de stratégie au ministère du Tourisme, ainsi que Saïd Mahfoud, cadre, s’activent tant bien que mal. Ils tiennent un briefing quotidien tôt le matin au siège du parti, sis au même bd Afghanistan. Le mot d’ordre: faire un reporting sur les actions entreprises et établir le programme de la journée. «C’est un moyen pour nous de suivre l’état d’avancement de la campagne sur le terrain, et s’assurer de la couverture et de l’organisation territoriale quartier par quartier (Beauséjour, Lissasfa, CIL, El Oulfa, Sidi El Khadir, Nassime, Sidi Fateh...) avec distribution de tracts, affiches, flyers, VCD, meetings…», explique Rharbaoui, le n°2 de la liste locale du parti de la Rose. La formation socialiste a son propre mode opératoire: des relais par quartier qui planifient les rencontres. Par ailleurs, le parti fait valoir deux innovations dans cette circonscription: lancement d’un site Web, opérationnel dès aujourd’hui. Le site propose une présentation du programme et actions prévues dans la circonscription, le profil des candidats ainsi qu’une vidéo et un volet dédié à des forums interactifs. Autre innovation, diffusion de deux newsletters intitulées Journal de campagne. Il s’agit de deux numéros spéciaux 100% Hay Hassani. L’enjeu pour les socialistes est de ramener le programme du parti à la portée des électeurs. «Nous avons des packs modulables qui vont de 6 axes à 550 mesures. Des propositions à la carte adaptées en fonction de la cible», poursuit Rharbaoui.


L’outsider…

«Un jeunot, le gamin»… C’est en ces termes que les candidats qualifient l’un des plus jeunes députables de Hay Hassani. Anouar Zyne, c’est son nom, représente l’UC. Ce journaliste est le premier à sortir sur le terrain dès samedi matin avec un numéro de centre d’appels, un slogan de campagne et journal quotidien imprimé à 10.000 exemplaires, un DVD, un site Web… Il filme toute sa campagne (porte-à-porte, meetings, points noirs de la circonscription, réactions de l’électorat…). A la guerre comme à la guerre. En tout cas, il y croit dur comme fer. Son slogan: «Ensemble, nous pouvons l’impossible». Si j’ai opté pour le DVD, c’est pour être sûr d’entrer dans le coeur de tous les foyers. Le site Web, c’est plutôt pour toucher un électorat jeune, celui du «chat», du Net, les accros des cybers, précise Zyne. En tout cas, renchérit-il, «au-delà de ma candidature, ma mission est de convertir des non-votants en électeurs avertis». Amin RBOUB

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc