×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique

Législatives 2007Le Parti Travailliste brigue 20 à 30 sièges

Par L'Economiste | Edition N°:2585 Le 07/08/2007 | Partager

. Système solidaire de financement de campagne. Un apport de 30.000 DH par candidat85% des circonscriptions électorales sont couvertes par le parti travailliste. A un mois des législatives jour pour jour, les travaillistes nourrissent de grandes ambitions. Ils briguent entre 20 et 30 sièges au Parlement, annonce Hammad Kessal, membre dirigeant. Pour y arriver, le parti a mis au point un «casting sur mesure». La liste locale, qui est quasi bouclée, affiche une moyenne d’âge de 45 ans avec une forte proportion de niveau universitaire. Parmi ces quadra, des médecins, des professeurs, des avocats, des ingénieurs, mais aussi des notables et des présidents de communes. Des dissidents socialistes (ex-Usfpéistes) une trentaine environ, ont aussi arboré les couleurs du parti. C’est aujourd’hui l’une des rares formations où le système d’accréditations ne s’est pas accompagné de dissidences et démissions en série. Pour rappel, l’exercice des accréditations s’est soldé des fois par des bras de fer, des tensions, voire le retrait de la candidature de pontes dans les principales formations telles que l’USFP, le PPS, le PJD… (Cf. www.leconomiste.com) De l’avis de Hammad Kessal, membre dirigeant et vice-président à la CGEM, «la discipilne y est pour beaucoup chez les travaillistes. D’autant plus que le parti a adopté des critères qui font l’unanimité». Parmi les conditions à la députation, l’on invoque «la compétence dans les domaines d’activité respectifs, la crédibilité du candidat, sa notoriété et sa probité et enfin son niveau d’instructions qui est de préférence universitaire». Abdelkrim Benatiq, secrétaire général, préfère résumer les critères dans le triptyque: Proximité-Notoriété-Probité. A la veille du 1er scrutin des travaillistes, l’enjeu est de taille. Les législatives de 2007 devront permettre au parti de se positionner et s’imprégner de la culture d’une large consultation électorale. Ce qui n’est pas rien et devra permettre à la formation de composer avec les grandes formations. Les dirigeants fustigent la sélection par l’âge des partis. Les petits partis pâtissent d’une appellation aberrante selon les travaillistes qui se disent catalogués à tort. “Un grand parti l’est par sa force de propositions, ses idées et sa mobilisation sur le terrain, mais jamais sur la base du nombre d’années d’existence”. La particularité aujourd’hui du parti qui a l’avantage et la contrainte de mener ses premières législatives réside dans le financement de la campagne. Pour parer le manque de moyens, «nous avons mis en place un système de solidarité de façon à ce que les nantis du parti financent les candidats têtes de liste qui manquent de moyens», souligne Kessal. Mieux encore, le parti a exigé un apport financier de 30.000 DH de chaque candidat pour financer la campagne. Par principe, ils ont tous cotisé, confie Benatiq. Les fonds collectés couvriront en partie les charges inhérentes au print, à la logistique, au transport… pendant la campagne qui démarre le 24 août. Et c’est le parti qui centralise l’ensemble des actions par souci de respecter le référentiel, harmoniser les orientations et cadrer les actions des candidats à la députation, tient à préciser le patron des travaillistes.. Les ex-usfpéistes nombreux dans le castingAujourd’hui, hormis les provinces du sud, les listes locales sont presque achevées. Quant à la liste nationale des femmes, elle est en cours de finalisation. Elle sera chapeautée par Mounia Chafik, femme d’affaires lauréate de HEC, qui opère dans le tourisme. Les ex-usfpéistes sont nombreux dans le casting des travaillistes. Ils sont plus d’une vingtaine dont des cadres socialistes à avoir rallié la formation. D’autres proviennent de l’Istiqlal ou encore du PPS et du RNI. Dans la circonscription de «la mort» (Rabat Chellah), Abdelkrim Benatiq devra affronter Driss Lachgar (USFP), Omar El Bahraoui (MP), Fawzi Chaâbi (PPS, Abdellah Baha (PJD). Pour Rabat L’Océan, Mohamed Bargach, jeune pharmacien, défendra les couleurs du parti face à Latéfa Jbabdi (USFP), Mohamed Aujjar (RNI)… A Casablanca Hay Mohamedi-Aïn Sbaâ, Abdelilah Amzil, ingénieur, s’opposera au député sortant, Abdelkébir Tabih (USFP). Casa-Anfa sera défendue par Abderrahmane Hassoune Filali, avocat, qui devra affronter Yasmina Baddou (PI), Abderrahim Lahjouji (FC), Ahmed Zaki (PPS), Mustapha Ibrahimi (USFP). Pour El Fida-Mers Sultan, ce sera au Dr Abdelaziz Jamali (ex-USFP et actuel vice-président de la commune du Mâarif) de représenter les travaillistes. Mohamed Mansour, ex-USFP, devra faire ses preuves à Casa Aïn Chock. Autre usfpéiste dans les rangs du labour party, Abderrahim Hamed, avocat, qui a été plébiscité pour Ben Msick. Non loin à My Rachid, Abdelhak Mabchour, ancien socialiste. A Fès Nord, où la bataille promet d’être rude entre Chabat et Daoudi (PI/PJD), Driss Touil, ex-USFP, devra faire valider ses chances. Fès sud est représentée par Chakib Alaoui Belghiti, cardiologue et ancien socialiste à son tour. Pour Meknès Hamria, c’est encore un ex-usfpéiste, le n° 2 de la liste d’El Achaâri, Mohamed Khraïss qui représentera le parti de Benatiq. Autre figure de proue des travaillistes, Hammad Kessal, opérateur économique et ancien président de la Fédération des PME-PMI qui est aussi l’architecte du programme économique du parti, il se présente dans la circonscription de Taza. A Safi, c’est El Ghali Barakate, avocat et ancien cadre socialiste qui est désigné. Abdelaziz Amehrouq, fils du caïd Amehrouq, un notable de Khénifra, devra défendre les couleurs du parti dans le chef-lieu du Moyen Atlas.Amin RBOUB

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc