×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique

Législatives 2007
Istiqlal: Au moins la Primature?

Par L'Economiste | Edition N°:2607 Le 11/09/2007 | Partager

. Abbès El Fassi, Hjira, Douiri, Ghellab, pressentis . Scrutin: une victoire pour Jettou aussi!L’Istiqlal a réaffirmé son engagement en faveur de la Koutla. Mais les consultations ne peuvent démarrer qu’après la nomination du Premier ministre. «Nous avons également de bonnes relations avec le MP et le RNI», a affirmé Abbès Al Fassi lors d’une réception organisée dimanche pour fêter la victoire aux législatives. Le clin d’œil à la majorité sortante n’est pas passé inaperçu. Le SG de l’Istiqlal se gardera néanmoins d’aborder un troisième scénario: sans l’USFP! Sur le chapitre de la Primature, Abbès Al Fassi a été prudent. Il s’est contenté de dire que de par la Constitution, c’est le Souverain qui décide de la nomination du Premier ministre. L’Istiqlal attend donc le choix de SM le Roi, sans référence à «la méthodologie démocratique». Le parti est bien aguerri à la manoeuvre, puisque cela lui avait évité de tomber dans le piège de 2002 lorsqu’il disputait le leadership à l’USFP. Cette fois-ci, l’Istiqlal aura des arguments de taille: son score aux dernières élections. Loin devant son allié de toujours. Dans les coulisses du parti, la nomination du Premier ministre est attendue au cours de ces jours-ci. Le chef de l’exécutif sera-il politique ou technocrate? En tout cas, dans les rangs de l’Istiqlal, quatre noms circulent d’ores et déjà : Abbès Al Fassi, Adil Douiri, Karim Ghellab, Taoufik Hjira.Le perchoir est également sur le tableau de bord de l’Istiqlal. Si Abbès El Fassi n’obtient pas la Primature, il lui restera la conquête de la présidence de la Chambre des représentants. Cette bataille sera engagée dès que le Souverain ouvre la session d’automne du Parlement vendredi 12 octobre. La tradition veut que la Chambre des représentants installe ses instances et choisisse son président, juste après l’inauguration royale.  D’ici-là l’Istiqlal continue de savourer les délices de la victoire. Pour Abbès Al Fassi, le grand vainqueur du scrutin c’est la démocratie.  «l’Administration est restée neutre, même si l’utilisation de l’argent pour acheter des voix a été constatée» soutient-il. Les raisons du succès sont identifiées: le bilan du gouvernement lui-même porté par les performances des jeunes ministres: Ghellab, Hjira, Baddou, Douiri, Zahoud. Au-delà, la formation politique ne manque pas de préciser que le travail de l’actuel Premier ministre est quelque part primé. A l’exception de son secrétaire général, ministre d’Etat sans portefeuille, ces jeunes ont privilégié l’action sur le terrain. Joindre l’acte à la parole. C’est ce que l’électorat affectionne. Mohamed CHAOUI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc