×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Législation de la publicité : Les annonceurs internationaux prônent l'auto-discipline

Par L'Economiste | Edition N°:99 Le 14/10/1993 | Partager

La Fédération Mondiale des Annonceurs tiendra ses réunions d'automne à Casablanca les 24 et 25 octobre 1993 et une conférence, sur invitations, sera donnée le lundi 25 octobre.

Le montant des dépenses publicitaires des membres de la Fédération est de 185 milliards de Dollars (près de 7 fois le PIB du Maroc et 1.800 fois le budget marocain de la pub). Les membres de la Fédération totalisent 85% du marché mondial de la publicité. C'est à l'invitation de l'ADAM (Association des Annonceurs du Maroc) que la FMA (ou WFA: World Federation of Advertisers) tient ses réunions de l'automne 1993 au Maroc. Le président de l'ADAM, M. Hamid M'Rabet, est aussi président pour l'Afrique du Nord et pour le Moyen-Orient au sein de la Fédération.

L'ADAM indique que la venue des instances de la FMA est l'occasion "de rencontrer des leaders économiques". En effet la Fédération est composée de deux ensembles distincts: les représentations des associations nationales (33 pays) mais aussi un corps regroupant 28 multinationales. M. M'Rabet explique cette double représentation par le fait que les multinationales abordent les questions de publicité-communication de manière transnationale et qu'elles avaient donc besoin d'une représentation spécifique, à côté des associations nationales, mais toujours au sein de la Fédération.

Globalement, la Fédération se montre très attentive aux problèmes liés à la liberté: elle suit de très près les actions publiques ou privées tendant à limiter la marge de manoeuvre des annonceurs (tabacs, réglementations alimentaires...); elle a entrepris de donner des séminaires de formation dans les ex-pays socialistes; elle intervient activement pour faire valoir le point de vue des annonceurs lorsque des réglementations se préparent (directives de la CEE, règles du sponsoring, utilisation des enfants dans la publicité...).

Ainsi, la Fédération est-elle portée à soutenir les initiatives d'autodiscipline, autant chez ses membres multinationales que chez les associations nationales. C'est en ce moment un point chaud pour les professionnels du Maroc, qu'ils soient annonceurs, agences ou supports. L'ADAM précise que la présence de la Fédération pourrait être l'occasion d'attirer l'attention sur le "nécessaire équilibre à maintenir entre la réglementation et l'auto-discipline".

L'ADAM, comme les autres partenaires que sont les agences et les supports redoutent en effet de voir s'établir, un jour ou l'autre, une réglementation d'origine administrative ou politique, qui risquerait de ne pas tenir compte des particularités des métiers de la communication.

Enfin, l'ADAM ne seraient pas fâchée de montrer aux annonceurs, membres ou non-membres, le poids que peut représenter la Fédération, l'organisation non-gouvernementale, auprès d'organisations gouvernementales comme la Chambre de Commerce Internationale (CCI), le GATT, I'OMS/FAO, Codex Alimentarius ou la Communauté Européenne . Ce poids est obtenu, explique M. M'Rabet, par les moyens humains et matériels de la Fédération, mais aussi par le niveau de décision qu'ont chacun des membres en tant qu'annonceurs: "Ce sont les entreprises qui s'impliquent et pas seulement des hommes de bonne volonté", note-t-il.

M.C.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc