×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Courrier des Lecteurs

    Légère hausse des crédits à l'économie en mars

    Par L'Economiste | Edition N°:284 Le 12/06/1997 | Partager

    La masse monétaire a enregistré une légère hausse en mars. A l'origine: les crédits à l'économie qui ont globalement grimpé de 0,68%. En revanche, avoirs extérieurs et créances sur le Trésor ont suivi la trajectoire inverse.


    A fin mars, la masse monétaire a totalisé 201,82 milliards de DH, en hausse de 0,54% par rapport au mois précédent. Par rapport à décembre 1996, la variation s'est fixée à 1,53%. Les disponibilités monétaires affichent 145,3 milliards de DH dont 46,2 milliards de monnaie fiduciaire et 99,1 milliards de monnaie scripturale. Comparativement à février, ces deux composantes de la masse monétaire ont connu une évolution divergente se traduisant par un recul de 1,16 pour la première, alors que la deuxième marquait une progression de 1,38%. Quant à la quasi-monnaie, elle est en légère hausse de 0,50% à 56,55 milliards de DH.

    Poussée sur le logement


    La hausse de la masse monétaire est essentiellement du ressort des crédits à l'économie qui ont grimpé de 0,68% par rapport à février, à 102,4 milliards de DH. La progression est de 11,38% par rapport au même mois de l'année précédente. Ce mouvement assez palpable peut être expliqué par la détente sur les taux enclenchée par les banques. La poussée des crédits à l'économie pourrait être plus marquée durant les mois suivants si les décotes sur les nouveaux crédits d'investissement annoncées courant mars sont effectivement appliquées au guichet.
    Pour l'instant, les crédits financés par les banques de dépôts ont respectivement progressé de 0,48% et 1,45% par rapport à février 1997 et décembre 1996, à 91,858 milliards de DH. Quant aux crédits financés par Bank Al-Maghrib, ils ont atteint 10,563 milliards de Dirhams à fin mars, en hausse de 2,44% et 2,30% par rapport aux mêmes périodes. Le court terme reste le champ d'intervention de prédilection des banques de dépôts. Elles ont financé une enveloppe de 67,835 milliards de Dirhams en mars, en hausse de 0,22% comparativement au mois précédent.
    En revanche, si l'on prend en considération les créances nées sur l'étranger et les mobilisations de crédits auprès de Bank Al-Maghrib et des organismes spécialisés, le total des crédits distribués par les banques de dépôts a baissé de 0,53% par rapport à février, à 95,871 milliards de DH. Dans la foulée, les crédits à court terme effectivement distribués par les banques de dépôts ont baissé de 1,5% par rapport à février, à 60,95 milliards de DH, contre une quasi-stagnation compa-rativement à décembre dernier. Pour cette maturité, la plupart des types de crédit ont reculé. Parmi les baisses les plus sensibles figurent les avances sur marchandises (-5,19%), les escomptes de chèques (-16,1%), les crédits directs à la consommation

    (-5,3%), les crédits à l'exportation
    (-5,19%) et les facilités de caisse qui représentent plus de la moitié des crédits à court terme (-2%). Sur le moyen terme, les crédits financés et distribués par les banques de dépôts se sont respectivement appréciés de 1,5% et 2,4% comparativement à février 97 et décembre 96, à 16,8 milliards de DH. En dehors des crédits d'équipement, en dépréciation de 3,1% par rapport au mois précédent, les autres postes se sont inscrits en hausse. Il en est ainsi des crédits à l'habitat, qui ont grimpé de 2,1%, à 2,773 milliards de DH, et des crédits directs à la consommation en progression de 17,7% à 1,866 milliards. Le poste divers est pour sa part passé de 1,62% à 1,881 milliards de DH, en hausse de 16,1% par rapport à février.
    A long terme, les concours bancaires ont affiché une hausse de 0,48%, à 7,218 milliards de DH. Cette évolution est totalement engendrée par le crédit logement, en progression de 0,94% à 4,997 milliards de DH, tandis que les crédits d'équipement et divers ont respectivement baissé de 0,58 et 0,49%, à 1,2 et 1,01 milliard de DH par rapport à février.
    Sur la même période, les créances en souffrance se sont appréciées de 1,52% à 9,315 milliards de DH et les créances non classées ont baissé de 0,93% à 1,583 milliards.
    Pour les autres contreparties de la masse monétaire, il est à noter un recul de 0,61% des avoirs extérieurs nets, passés de 37,578 milliards de DH en février à 37,349 milliards en mars. Les créances sur le Trésor ont, quant à elles, baissé de 0,35% à 76,744 milliards de DH.

    Alié Dior NDOUR

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc